Les émissions

07 déc. 2023

1 Chroniques 15.1 – 16.22

Il nous arrive à tous de nous sentir parfois mal à l’aise, agités, parce qu’on a commencé à faire quelque chose et pour une raison ou pour une autre, on a pas pu la terminer. Au mieux on reste sur sa faim pour ainsi dire, et au pire, on éprouve un sentiment d’échec. C’était certainement l’état d’esprit du roi David qui a déjà essayé une fois d’amener l’Arche de l’alliance, aussi appelée Coffre sacré, dans sa capitale à Jérusalem. Mais ce fut un fiasco complet. Pourtant, tout avait bien commencé et le texte dit : « David et tout Israël exprimaient leur joie devant Dieu en chantant de toutes leurs forces et en jouant sur des lyres, des luths, des tambourins, des cymbales et des trompettes ». Malheureusement, à un détour du chemin, les bœufs firent un écart et Ouzza le conducteur du char à boeufs, a porté la main sur le Coffre sacré pour l’empêcher de tomber. Mais ce geste pourtant innocent et bien intentionné lui a valu de tomber raide mort.  L’Éternel l’a terrassé parce qu’il a touché un objet très saint sans prendre les précautions dictées par la Loi de Moïse et de plus il ne fait pas partie de la tribu de Lévi, la seule habilitée à entrer en contact avec les objets sacrés. Il va sans dire que ce malheur a jeté un grand froid dans la foule immense qui suivait le cortège. Alors, David, lui-même terrorisé, a fait arrêter ce transfert et l’arche fut placé chez un habitant de la ville. Cependant, comme le roi n’a pas renoncé à faire venir le coffre sacré chez lui à Jérusalem, il va faire une seconde tentative, et c’est ce que le chroniqueur nous raconte dans son premier livre, au chapitre 15 que je commence à lire.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires