Les émissions

21 mai 2026

1 Jean 3.14-17

Je me souviens comme si c’était hier de la façon dont ont réagi plusieurs personnes, la première fois qu’elles ont été en présence de croyants authentiques. Elles sont venues pour assister à un événement particulier, un film, une soirée de Noël ou de marionnettes. L’atmosphère est très sympathique et chaque personne est évidemment très bien accueillie, et pourtant on peut lire sur leur visage combien elles sont mal à l’aise, gênées, et visiblement elles se sentent comme un poisson hors de l’eau.

Aujourd’hui, ces mêmes personnes sont épanouies et occupent même une fonction de responsabilité dans une église. Ont-elles simplement été embrigadées, manipulées, ont-elles été contraintes de participer aux activités d’une assemblée chrétienne, ou bien y a-t-il eu une sorte de déclic dans le plus profond de leur être ? Il n’y a rien, absolument rien qui empêche ces personnes de quitter leur église et de ne jamais plus y remettre les pieds. D’ailleurs, il n’est pas rare que quelqu’un participe pendant un temps à la vie d’une assemblée puis s’en aille et retourne dans le monde, son premier milieu ; c’est comme ça. Pour ceux qui décident de rester parmi les croyants et de s’engager, cette décision leur coûte cher en temps et même en argent, et souvent il leur faut en plus soutenir les faibles et parfois ils sont lourds à porter. Alors pourquoi donc restent-ils dans leur assemblée ? Tout simplement parce que pour eux, l’église est une famille où ils aiment chaque croyant et se sentent aimer en retour.

Certains pourraient penser qu’on peut aussi trouver cet amour dans une société de boules, un club sportif, un cercle d’amis, de lecture ou même de bien-pensants. Eh bien, pas vraiment parce qu’il arrive souvent que les membres de ces associations soient plus ou moins jaloux ou envieux les uns des autres, tirent la couverture à eux, et se portent des coups fourrés.

Ce sont peut-être les francs-maçons qui se rapprochent le plus des croyants. À l’origine, cette confrérie n’a rien d’occulte ou de mystérieux comme aujourd’hui. C’est simplement un réseau d’artisans qui s’est constitué parce qu’ils savent qu’ils peuvent se faire mutuellement confiance. Ils se disent frères les uns des autres, mais leur objectif est de faire des affaires et de gagner de l’argent honnêtement sans se faire voler, ce qui est un but honorable mais humaniste. Les francs-maçons sont liés entre eux par l’intérêt personnel et la confiance réciproque, ce qui n’est déjà pas si mal. Cependant, on ne peut pas dire qu’ils s’aiment entre eux.

Au fil des années, j’ai souvent eu l’occasion de rencontrer des gens que je n’avais jamais vues et qui ne me connaissaient pas mais qui, comme moi, ont fait confiance à Jésus-Christ, et c’est ce qui nous rapproche sans que nous fassions le moindre effort. Et puis ces gens s’intéressent véritablement à moi et moi à eux. Nous n’avons pas la moindre méfiance mais une appréciation réciproque spontanée. Notre communion d’esprit est telle que je peux vraiment dire que nous avons de l’amour les uns pour les autres.

Je continue maintenant de lire dans le chapitre trois de la première épître de Jean.

Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort (1Jean 3.14).

Jean poursuit son discours qui oppose l’amour à la haine et il souligne que l’amour et la vie vont de pair.

Ce verset, comme beaucoup d’autres, affirme qu’il est tout à fait possible à quelqu’un de savoir si oui ou non il possède la vie éternelle, ce qui, vous en conviendrez, est essentiel pour avoir la paix de l’âme.

L’expression « passés de la mort à la vie », a été prononcée par Jésus et nous est rapportée par Jean dans son évangile. À cette occasion, le Seigneur a dit aux chefs juifs :

Oui, vraiment, je vous l’assure : celui qui écoute ce que je dis et qui place sa confiance dans le Père qui m’a envoyé, possède, dès à présent, la vie éternelle et il ne sera pas condamné ; il est déjà passé de la mort à la vie (Jean 5.24).

Jean dit que la preuve que quelqu’un possède la vie éternelle est qu’il a de l’amour pour les autres croyants. Plus loin, il écrit :

Mes chers amis, aimons-nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et il connaît Dieu. – Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous et son amour se manifeste pleinement parmi nous (1Jean 4.7, 12).

Jean rappelle également à ses lecteurs que « celui qui n’aime pas les frères » qui n’a pas d’amour envers les croyants est comme mort, ce qui sous-entend qu’il n’est pas passé de la mort à la vie.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 26 2024

Émission du jour | Néhémie 2.1-18

Néhémie envoyé à Jérusalem

Nos partenaires