Les émissions

24 juil. 2023

1 Samuel 2.26 – 3.21

Bien des hommes et des femmes traversent cette vie en la marquant au fer rouge par leur passage. Malheureusement, certains laissent derrière eux une longue traînée de sang, comme Herman Göring, le numéro deux du troisième Reich et le bras droit d’Hitler. Il fut jugé et condamné à mort lors du procès de Nuremberg. Avant son exécution, l’aumônier de la prison eut un très long entretien avec lui essayant de le préparer à rencontrer Dieu. La petite-fille de Göring était croyante mais il l’avait ridiculisée et refusé net le salut en Jésus-Christ. Ses dernières paroles à l’aumônier furent : « la mort est la mort ! » Moins d’une heure plus tard, il se suicidait. Göring a préféré se donner la mort plutôt que de se repentir de tout le mal qu’il avait fait. De toute évidence, il avait dépassé le point de non-retour et la repentance n’était plus à l’ordre du jour. Braver Dieu est une attitude stupide, irrationnelle et suicidaire, et pourtant, c’est le plus grand dénominateur commun de la race humaine. Un texte du livre des Proverbes dit : « Un homme, qui mérite d’être repris et qui raidit la nuque, sera brisé tout d’un coup et sans remède (Proverbes 29.1) ».

Heureusement, les grands criminels ne sont pas les seuls qui laissent une trace de leur passage sur terre, et parmi les grands qui ont fait l’histoire du peuple d’Israël, il y a Samuel. Consacré à l’Éternel avant sa naissance, petit enfant, il est déjà au service de Dieu au sanctuaire de Silo.

Même si Anne a donné son petit garçon à l’Éternel, elle ne l’a pas abandonné pour autant, loin s’en faut; elle lui manifeste au contraire beaucoup de tendresse. C’est sûr qu’elle éprouve un peu de chagrin quand elle pense à lui, mais aussi une certaine fierté car il semble être le seul petit garçon consacré à l’Éternel et au service des prêtres dans la ville de Silo. Et puis pour la consoler et en vertu du vœu du grand-prêtre, Dieu lui accorde cinq autres enfants. On se souvient comme Samuel est apparu sur scène, le côté humain de sa naissance; il fut la réponse à la prière d’une femme pieuse. Mais maintenant on commence à discerner le côté divin, la raison spirituelle de sa naissance. L’Éternel va l’utiliser pour mettre de l’ordre dans son sanctuaire. La stérilité d’Anne et son obsession de vouloir un enfant à tout prix faisaient partie du plan souverain de Dieu.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires