Les émissions

27 mars 2024

2 Corinthiens 6.11-18

On a coutume de dire qu’il faut de tout pour faire un monde. En fait, ce dicton est davantage une constatation qu’une obligation. Il y a des tas de prédateurs, assassins et fripouilles dont on se passerait bien volontiers, surtout que le monde ne se porterait que mieux sans eux. Cela dit, non seulement ce souhait est irréalisable, mais il n’est pas non plus possible de transformer notre planète en jardin d’Éden parce que chacun de nous a ses défauts. Certes, certains sont plus visibles et plus grossiers que d’autres, mais d’une manière générale l’état psychologique de la plupart d’entre nous comporte des failles qui sont comme des plaies béantes, et je ne parle pas de notre condition spirituelle qui selon l’enseignement des Écritures est en complète déconfiture. S’il existait quelque part un petit coin de paradis, il suffirait que vous ou moi nous y rendions pour qu’il disparaisse.

Le grand apôtre Paul ne fait pas exception à la règle universelle de corruption totale, car dans son jeune temps, avant de rencontrer le Christ ressuscité, Saul de Tarse est pharisien, religieux jusqu’au bout des ongles, et il dirige une inquisition qui persécute et assassine les chrétiens. À côté de cette occupation machiavélique, cet homme a des qualités remarquables et tout à fait extraordinaires. Il possède une puissance de travail phénoménale ; rien ne l’effraie et il est d’une droiture morale exemplaire.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

juin 02 2023

Émission du jour | Actes 1.8 – 2.13

La venue du Saint Esprit à la Pentecôte

Nos partenaires