Les émissions

27 mars 2026

2 Pierre 2.1

De mon temps, en primaire, en plus des récitations genre « la chèvre de monsieur Seguin », il faut aussi apprendre par cœur des tas de dates historiques. Je me souviens de Marignan 1515. Par contre, on ne nous a rien dit concernant 313 et pourtant c’est une date importante, mais seulement dans le contexte du christianisme. En effet, c’est en cette année que l’empereur Constantin promulgue l’édit de Milan qui donne à l’Église le droit d’intervenir dans les affaires de ce bas monde en propageant légalement et ouvertement la foi en Jésus-Christ. Cependant, cette nouvelle liberté est une épée à double tranchant car elle va dans les deux sens, ce qui fait que les valeurs morales et religieuses du 4e siècle s’introduisent avec la force d’un ouragan dans les assemblées chrétiennes diluant considérablement leur message originel. Ce processus dure 12 siècles, jusqu’au moment de la Réforme.

Pourtant, aux dires de l’apôtre Pierre dans le chapitre deux de sa seconde lettre, il est évident que les fausses valeurs du paganisme vont envahir l’Église de Jésus-Christ bien avant que Constantin n’apparaisse sur la scène politique du Moyen Orient.

Dans le premier chapitre de sa seconde lettre, Pierre défend la légitimité de son autorité de façon à la fois magistrale et poignante. Sachant sa mort prochaine, il veut tout mettre en œuvre et se donner tout entier à la tâche pour qu’après avoir quitté son corps, qu’il appelle une tente, les croyants auxquels il s’adresse restent vigilants et fermes dans la foi.

Conformément à l’enseignement de la loi de Moïse (Deutéronome 19.15), Pierre cherche à prouver sa crédibilité en s’appuyant sur un double témoignage : celui des prophètes de l’Ancien Testament et le sien lorsqu’il a assisté à l’événement inoubliable de la transfiguration.

Sur la montagne, en compagnie des apôtres Jacques et Jean, Pierre a vu le Christ glorifié et entendu le Père attester la divinité de son Fils. Deuxièmement, il rappelle que les prophètes et tous les auteurs de l’Ancien Testament sont dignes de foi ; ils ont transmis des messages véridiques sur lesquels on peut s’appuyer.

Si Pierre choisit de rapporter la transfiguration plutôt que le baptême de Jésus, c’est parce qu’elle met déjà l’accent sur la glorification du Seigneur, sa résurrection et le jugement à venir, doctrines que rejettent les enseignants de mensonge (comparez 2Pierre 3.4 et suivants) qui commencent déjà à s’introduire dans les assemblées chrétiennes. Dans le récit que fait Matthieu de la transfiguration, le Père dit :

Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qui fait toute ma joie. Écoutez-le ! (Matthieu 17.5 ; comparez Marc 9.7 ; Luc 9.35).

Mais quand Pierre rapporte cet événement, il omet l’impératif « Écoutez-le » parce que le Fils étant retourné auprès du Père, c’est désormais aux apôtres qu’il incombe de transmettre les paroles du Christ et ce sont eux qui doivent être écoutés.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires