Les émissions

09 juin 2023

Actes 5.1-5.42

Que n’a-t-on pas dit ou écrit sur l’argent ? C’est un moyen pratique et presque indispensable qui permet les transactions commerciales entre les hommes, mais qui alimente aussi les passions les plus vile et des attitudes contraires à l’enseignement de l’Évangile. Dans le chapitre 5 du livre des Actes a lieu un incident particulièrement dramatique qui révèle que Dieu condamne avec la plus grande sévérité l’amour de l’argent et les autres vices qui l’accompagnent. Tout le monde aime entendre parler de la grâce, de la bonté, de la miséricorde de Dieu, seulement voilà, l’attribut principal qu’il veut communiquer à sa créature, est qu’il est saint, ce qui veut dire qu’il juge tout ce qui n’est pas conforme à sa sainteté. Je commence à lire le chapitre 5.

Mais un certain Ananias, avec sa femme Saphira, vendit aussi une propriété, et, en accord avec elle, mit de côté une partie de l’argent de la vente, apporta le reste aux apôtres et le leur remit (Actes 5.1-2).

Précédemment, il a été question de Barnabas qui s’est montré très généreux avec ses biens. Maintenant, Luc établit un contraste avec un couple qui n’est au clair ni avec leur argent ni avec Dieu et qui pourtant fait partie des disciples. Ananias et Saphira s’entendent pour vendre une propriété et donner une portion de l’argent aux apôtres. Ils n’ont commis aucun mal car ni Dieu ni les disciples n’exigent quoi que ce soit d’eux; chacun donne en son âme et conscience comme il l’entend. Personne n’est obligé d’imiter la générosité de Barnabas qui a remis la totalité du produit de la vente de son terrain aux apôtres. Le problème du couple Ananias et Saphira, est qu’ils se rendent coupables de mentir aux apôtres avec préméditation en leur disant que l’argent qu’ils déposent devant eux est la totalité de la somme obtenue par la vente de leur propriété. De toute évidence, il cherchent a faire d’une pierre deux coups : recevoir l’éloge des croyants pour leur don généreux, et garder pour eux-mêmes une partie de la vente. Ils servent deux maîtres en prétendant n’en servir qu’un.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires