Les émissions

21 janv. 2027

Apocalypse 13.17 – 14.5

Au premier siècle, sous la botte de certains empereurs romains, il faut voler bas si on veut rester en vie. Certains d’entre eux exigent de leurs sujets qu’ils prouvent leur loyauté en leur offrant des sacrifices. Ceux qui refusent sont passibles de la peine de mort, mais heureusement tous les gouverneurs locaux ne sont pas des sauvages assoiffés de sang et beaucoup n’appliquent pas la sentence.

Pendant la seconde moitié de la Tribulation, la situation est similaire à ce qu’elle était sous Néron ou Domitien mais en bien pire car une bonne partie du monde est alors sous le contrôle de la trinité diabolique, c’est-à-dire Satan, la première bête qui est l’Antichrist et la seconde bête qui est le faux prophète. Ce dernier est le chargé d’affaires religieuses et de relations publiques. Son attrait et son charme reposent sur sa capacité de marier opportunisme politique et passion religieuse.

Ses arguments sont subtils, séduisants et convaincants. Son éloquence est envoûtante car avec des mots il peut autant émouvoir que choquer, et c’est lui qui orchestre habilement une publicité de masse visant à promouvoir ses propres intérêts et ceux de son maître, la première bête qui est l’Antichrist.

Ce dernier, poussé par Satan, fait une chasse sans pitié aux Juifs et aux croyants, et il passe au peigne fin toutes les parties du monde qui sont sous son contrôle afin de les déloger et les exterminer.

Je continue de lire dans le chapitre 13 de l’Apocalypse.

Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la bête, soit le nombre correspondant à son nom (Apocalypse 13.17).

Non seulement le refus de porter la marque de la bête, c’est-à-dire de l’Antichrist, fait peser une constante menace de mort, mais il comporte aussi de graves conséquences pratiques, surtout d’ordre économique. L’argent liquide n’existe sans doute plus mais ceux qui ont la marque de la bête, possèdent un code-barres sur le front ou la main relié à un système informatique central. Ce code est indispensable pour toute activité ou transaction quelle qu’elle soit. Sans ce code, il est impossible de se procurer ou de vendre quoi que ce soit, impossible de recevoir des soins médicaux, d’acheter un titre de transport, des médicaments, de la nourriture, des vêtements ou de l’essence. Le contrôle que l’Antichrist exerce est comme un immense étau.

Aujourd’hui, la vie sous un régime totalitaire comme la Corée du Nord donne un petit aperçu de ce qui attend les habitants de la terre. Il y aura toujours des parties du monde ici et là qui ne se soumettront pas à l’Antichrist, mais d’une manière générale, il sera très difficile d’échapper à ses griffes. On peut être sûr qu’un vaste marché noir se mettra en place, mais les denrées sont hors de prix parce que, d’une part elles sont rares à cause de toutes les dévastations que le monde a subies, et d’autre part, tous ceux qui se font prendre à trafiquer en douce sont sommairement exécutés.

Les pressions que les deux bêtes exercent pour forcer les populations à se soumettre au système diabolique qu’elles ont mis en place sera bien pires que les exactions commises sous la botte communiste ou sous le régime des Khmers rouges.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires