Les émissions

28 janv. 2027

Apocalypse 16.1-9

En Californie, il y avait un dénommé Camping, un type très âgé et un peu fêlé qui pendant plusieurs mois, à renfort de millions de dollars, a fait un gros tapage publicitaire pour annoncer que d’après les Écritures, la fin du monde allait commencer le 21 mai 2011. C’est un récidiviste parce qu’il avait déjà fait le coup en 1994. Évidemment, il ne s’est rien passé. Qu’à cela ne tienne, il a revu sa copie, refait ses calculs, réglé sa montre eschatologique, et la nouvelle date fut le 21 octobre 2011. Nouveau fiasco évidemment, mais qui est aussi tragique parce que ce Camping fait du tort à Jésus-Christ. D’ailleurs, les athées ne manquent pas de profiter de ces fausses prophéties pour ridiculiser les croyants. Bien que ce Monsieur Camping soit décédé, il y en aura d’autres ainsi que des fausses prédictions, ce qui renforce l’opinion publique comme quoi il est inconcevable qu’un jour Dieu, si Dieu il y a, mettra fin à l’humanité. En fait, même certains fidèles du Seigneur ont du mal à y croire.

Pourtant, tout ce qui nous entoure, les grandes villes que les hommes ont construites, les complexes industriels, les grands centres commerciaux, tous les accomplissements de l’ingéniosité humaine sont sous le jugement de Dieu, et un jour tout cela sera réduit en cendres. Nous n’avons aucune idée quand ces destructions auront lieu, par contre, nous savons à peu près comment ça va se passer.

Nous arrivons maintenant au chapitre seize de l’Apocalypse où les jugements décrits sont très proches de la seconde venue de Jésus-Christ. Les coupes de la colère de Dieu sont purement d’origine céleste ; elles ne proviennent ni de la stupidité ou cruauté humaine, ni des machinations du diable. Et comme elles se succèdent à un rythme soutenu, elles ne laissent aucun répit aux habitants de la terre.

Comme il existe une grande similitude entre cette troisième série de jugements et celle des trompettes, qui est la deuxième série, on peut se demander si au lieu de se suivre, elles ne sont pas identiques. En effet, ces deux séries concernent la terre (Apocalypse 8.7 ; 16.2), la mer (Apocalypse 8.8 ; 16.3), les sources d’eau douce (Apocalypse 8.10 ; 16.4), et le soleil (Apocalypse 8.12 ; 16.8-9). De plus, les jugements se produisent dans le même ordre et comme je l’ai dit, se ressemblent beaucoup.

La cinquième trompette mentionne des attaques de démons alors que soleil et le ciel sont assombris (Apocalypse 9.1-3), ce qui est pratiquement la copie carbone de la cinquième coupe, au cours de laquelle l’obscurité couvre la terre et des ulcères malins affligent les hommes (Apocalypse 16.10-11). La sixième trompette fait intervenir le fleuve Euphrate (Apocalypse 9.13-14) tandis que la sixième coupe l’assèche (Apocalypse 16.12).

Autant la septième trompette que la septième coupe annoncent que la Tribulation touche à sa fin (Apocalypse 11.15, 19 ; 16.17) et toutes deux déclenchent la destruction du monde par des éclairs, le tonnerre, un tremblement de terre et une forte grêle (Apocalypse 11.18-19 ; 16.18-21).

Cependant, la comparaison entre les jugements des trompettes et les jugements des coupes révèle aussi des différences bien marquées. Dans les jugements des trompettes, environ un tiers de la terre ou du ciel est affecté, tandis que dans les jugements des coupes, les effets s’étendent sur la totalité de la terre et revêtent un caractère beaucoup plus grave et final, même si les châtiments divins ne visent que les impies qui ont la marque de la bête et certains cataclysmes ne détruisent la nature qu’en partie.

Les quatre premières trompettes ne sont pas une attaque directe et personnelle contre les habitants de la terre, tandis que dès la première coupe, ils sont frappés et tourmentés. Enfin, la lune et les étoiles (Apocalypse 8.2) ne sont pas concernées par le jugement des coupes. Par contre, la quatrième coupe qui intensifie la chaleur du soleil, n’a aucun parallèle dans les jugements précédents.

Au vu de ces considérations, il est préférable de considérer que les sept coupes sont un développement de la septième trompette, ce que j’ai déjà dit, tout comme les sept trompettes sont une extension du septième sceau. Les trois séries de jugements apparaissent donc nichées les unes dans les autres, un peu comme des poupées russes (appelées babouchka, matouchka, ou matriochka).

Avec la série des coupes, les châtiments de Dieu deviennent de plus en plus sévères. Ils sont généralisés et tendent vers un point culminant qui est la seconde venue de Jésus. Et comme je l’ai déjà dit, ces jugements s’abattent l’un après l’autre en succession rapide sans aucune pause sur un monde qui chancelle. En réalité, il y a bien une pause mais elle est très brève et c’est uniquement pour affirmer que les arrêts de Dieu sont « conformes à la vérité et à la justice » (Apocalypse 16.7).

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires