Les émissions

01 févr. 2027

Apocalypse 16.18 – 17.6

Bien des catastrophes sont d’origine purement naturelle, l’homme n’y étant pour rien. De notre point de vue, elles semblent se produire au petit bonheur la chance ou plutôt au grand malheur la poisse. Mais que ce soit une éruption volcanique ou un tsunami, ces phénomènes obéissent aveuglément à des lois naturelles, du moins en général.

En effet, dans les Écritures, on constate que, d’une part, Dieu a évidemment une totale maîtrise de tout ce qu’il a créé, et d’autre part, les anges déchus ou fidèles, peuvent aussi exercer un certain contrôle sur les lois naturelles. Or, pendant la Tribulation, les êtres célestes, les bons et les mauvais, interviennent souvent et font des prodiges. Je continue de lire dans le chapitre 16 de l’Apocalypse.

(Le septième ange enfin versa sa coupe dans les airs.) Alors, il y eut des éclairs, des voix et des coups de tonnerre, et un violent tremblement de terre ; on n’en avait jamais vu d’aussi terrible depuis que l’homme est sur la terre (Apocalypse 16.18).

Juste avant que ne s’enclenchent les fléaux de la Tribulation, Jean dit que « du trône jaillissaient des éclairs, des voix et des coups de tonnerre » (Apocalypse 4.5), une remarque répétée par l’apôtre à la fin des trois séries de jugements. Après l’ouverture du septième sceau a lieu le premier tremblement de terre, puis Jean dit :

Je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu. Sept trompettes leur furent données. Un autre ange vint et se plaça sur l’autel. Il portait un encensoir d’or (Apocalypse 8.2-3). L’ange prit l’encensoir, le remplit de braises ardentes prises sur l’autel et le lança sur la terre. Il y eut alors des coups de tonnerre, des voix, des éclairs et un tremblement de terre (Apocalypse 8.5)

Puis, après la sonnerie de la septième trompette, Jean remarque pour la seconde fois :

Alors s’ouvrit le temple de Dieu qui est dans le ciel, et le coffre de son alliance y apparut. Il y eut des éclairs, des voix, des coups de tonnerre, un tremblement de terre et une forte grêle (Apocalypse 11.19).

Ici a donc lieu le troisième et le plus destructeur tremblement de terre depuis le début de la Tribulation. Apparemment, toutes les plaques tectoniques se mettent à glisser en même temps, ce qui secoue l’ensemble de la planète. Plus loin, Jean précise :

Toutes les îles s’enfuirent et les montagnes disparurent (Apocalypse 16.20).

Ce séisme universel est tellement puissant qu’il modifie la configuration des continents en les ramenant peut-être où ils étaient avant le déluge.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires