Les émissions

03 oct. 2025

Daniel 10.1-10

Une fois, j’ai parlé à une veuve qui m’a expliqué comment elle s’y prenait pour que son mari défunt lui apparaisse. Mais elle était troublée parce qu’il se manifestait sous une forme extrêmement grotesque qu’elle m’a décrite et qui je dois le dire m’a fait froid dans le dos. Le prophète Daniel aussi a reçu plusieurs visites d’esprits et une fois il a même été terrassé par la vision d’un ange. Cependant, quand ils lui parlent, ils prennent l’aspect d’un homme ordinaire. Nous arrivons au chapitre dix de Daniel où commence la dernière prophétie du livre. Comme dans le chapitre précédent, c’est un ange qui annonce à Daniel l’avenir de son peuple. Ici, il lui parle en termes légèrement voilés et un peu plus mystérieux qu’auparavant. Le contenu de cette nouvelle révélation qui couvre les trois derniers chapitres du livre, est essentiellement le même que le contenu de la vision du chapitre 8 qui prédit la lutte entre le bélier et le bouc, entre la Perse et la Grèce, et le triomphe de cette dernière ainsi que des monarchies qui seront issues de l’empire d’Alexandre le Grand.

Cependant ici, la vision est beaucoup plus développée que dans le chapitre 8, en particulier en ce qui concerne les monarchies égyptienne et syrienne, toutes deux issues de l’empire grec, et plus spécialement la dynastie des Séleucides d’où sort l’infâme Antiochus IV Épiphane qui règne sur la Syrie.

Ce que le chapitre 8 révèle concernant la Perse ainsi que l’apparition et la dislocation de l’empire grec, n’est rappelé que très sommairement pour devenir le point de départ de l’histoire des luttes entre l’Égypte et la Syrie, jusqu’à la venue de la « petite corne », le roi Antiochus qui a été surnommé l’Antichrist de l’Ancien Testament à cause de son hostilité viscérale contre le Temple de Jérusalem et la nation juive.

Le thème central du livre de Daniel, à savoir la souveraineté de Dieu et l’antagonisme entre son royaume et les empires de ce monde, est encore la trame qui sous-tend cette dernière révélation. Mais ici, on est surpris par le caractère détaillé et même minutieux des prédictions. En effet, ce genre prophétique est tout à fait unique car il ne se retrouve nulle part ailleurs dans l’Ancien Testament ou dans les visions précédentes.

Le chapitre 10 prépare la révélation du chapitre suivant en indiquant les circonstances dans lesquelles cette révélation s’est produite et en présentant plusieurs personnages célestes qui sont impliqués dans la vision.

Les chapitres 10 et 11 nous transportent dans l’Au-delà où se joue véritablement l’histoire humaine. Le rideau qui nous cache le monde invisible est partiellement et momentanément levé, et on découvre les esprits qui orchestrent ici-bas les destinées des dirigeants, des peuples et des royaumes.

L’objectif de ces prophéties n’est pas de satisfaire la curiosité morbide d’un amateur de sensations fortes, car cet enseignement est destiné aux croyants afin qu’ils sachent que le combat qui se livre sur la terre entre la lumière et les ténèbres, entre le peuple de Dieu et les puissances de ce monde, correspond à une lutte analogue et parallèle qui se déroule dans le monde spirituel, entre les démons et les anges qui sont restés fidèles à Dieu.

Il faut en effet savoir que dans l’éternité passée, à un moment donné et une seule fois, les êtres célestes ont eu la possibilité de choisir entre le bien et le mal. Certains décident alors de se rebeller contre l’Éternel et de suivre Satan quand il tente un coup d’État contre Dieu. Ils deviennent alors ce qu’on appelle des démons. Cependant, ils conservent le rang hiérarchique qu’ils occupaient en tant qu’anges. Ces esprits qui sont dits méchants, impurs ou mauvais, apparaissent souvent dans les évangiles car Jésus les chasse partout où il va.

Tous les êtres célestes invisibles qu’ils soient bons ou mauvais, sont répartis en hiérarchies et chaque ordre a ses propre autorité, compétence et degré de pouvoir. Dans son épître aux Colossiens, l’apôtre Paul écrit :

Car c’est en lui (Jésus-Christ) qu’ont été créées toutes choses dans les cieux comme sur la terre, les visibles, les invisibles, les trônes et les seigneuries, les autorités, les puissances (Colossiens 1.16).

Ce qui est « visible » est sur la terre et les êtres « invisibles » sont dans les cieux. « Les trônes » correspondent peut-être aux archanges comme Michel et Gabriel, « les seigneuries », aux chérubins et séraphins, « les autorités » sont des chefs de troupes et « les puissances », sont des anges ordinaires bien que tous les êtres de lumières sont plutôt extraordinaires, et certains sont des anges gardiens.

La vision que reçoit Daniel et qui inclut ce qui se passe dans le monde invisible a pour but de fortifier et d’encourager les Israélites pieux, en leur montrant qu’ils ne sont pas livrés à leurs seules ressources pour lutter et vaincre, que derrière leurs ennemis visibles se cachent des esprits méchants, et qu’ils peuvent compter comme alliés, des principautés et des puissances célestes fidèles à l’Éternel. Dans son épître aux Éphésiens, l’apôtre Paul écrit :

Nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Principautés, contre les Autorités, contre les Princes de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste (Éphésiens 6.12 ; Autre).

Tout comme les anges au service de Dieu, les puissances du mal sont organisées selon un ordre hiérarchique. Au sommet se trouvent les chefs ; ils fréquentent les couloirs des chancelleries et sont chargés d’orienter la politique des nations. Leurs sous-fifres s’occupent des affaires courantes d’un pays dans tous les domaines ; d’autres encore supervisent les religions du monde. A ce sujet, beaucoup de gens pensent que Satan est contre tout ce qui est religieux, mais c’est absolument faux puisque c’est lui qui les a toutes inventées et qui fait leur promotion. Avec les religieux il est tranquille, car ils ont leur besoin spirituel plus ou moins satisfait par leurs fausses croyances. Par contre, il n’a guère confiance dans les athées parce qu’il sait que s’ils se mettent à réfléchir sérieusement et qu’ils considèrent l’univers tel qu’il est, ils risquent de se rendre compte que de ne pas accepter l’existence d’un Dieu créateur est absurde. C’est vrai qu’il a réussi un coup de maître en convainquant la plupart des scientifiques que les êtres vivants ne sont rien d’autre qu’un ramassis d’atomes qui a évolué à partir de rien. Comme lavage de cerveau, on ne fait pas mieux.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

oct. 04 2023

Émission du jour | 2 Rois 16.1 – 17.41

Ahaz, roi de Juda - Osée, dernier roi d'Israël

Nos partenaires