Les émissions

10 oct. 2025

Daniel 12.3-13

On peut briller de bien des manières différentes, par des prouesses sportives, intellectuelles ou scientifiques, en aidant son prochain, mais aussi en étant un modèle de vie pour ceux qui sont dans les ténèbres morales et spirituelles. Néron a éclairé ses jardins avec des chrétiens qu’il a transformés en torches vivantes, mais ces martyrs étaient aussi des lumières auprès des païens car ils rendaient gloire à Dieu par ce témoignage de leur foi en Jésus-Christ. Je continue de lire dans le chapitre 12 de Daniel.

Les hommes qui auront eu de la sagesse resplendiront alors comme le firmament, ceux qui auront amené un grand nombre à être justes brilleront comme les étoiles, à toujours et à jamais (Daniel 12.3).

Ces hommes et ces femmes possèdent la vraie connaissance car ils ont foi en la parole de Dieu, mais ils ont succombé aux persécutions orchestrées par l’Antichrist pendant les trois ans et demi de la Grande Tribulation. Précédemment, dans une prophétie qui annonce la venue d’Antiochus IV Épiphane, un précurseur et un prototype de l’Antichrist, Daniel a dit :

Les hommes du peuple qui auront de la sagesse enseigneront un grand nombre, mais ils subiront l’épée, le feu, la prison et le pillage pendant des jours. Certains parmi les hommes qui auront de la sagesse tomberont afin d’être épurés, purifiés et blanchis à travers cette épreuve, en vue du temps de la fin, car la fin ne viendra qu’au temps fixé (Daniel 11.33, 35).

Ce passage réunit dans la même vision prophétique des événements analogues. Les premiers ont déjà eu lieu sous le règne du roi Antiochus et les seconds se produiront pendant la deuxième moitié de la Grande Tribulation. En d’autres mots, cette prophétie a deux applications. La première s’est accomplie au 2e siècle avant notre ère, avec la famille de prêtres « les Maccabées », et la seconde s’accomplira à la fin des temps avec les croyants israélites et non-juifs qui devront traverser la Grande Tribulation.

Les Maccabées prennent les armes pour résister à l’envahisseur syrien et préserver l’héritage spirituel de leur nation. Leur courage et leur consécration à l’Éternel attirent des Israélites consacrés mais aussi du menu fretin, et parmi les fidèles qui se joignent aux Maccabées, beaucoup périssent dans les combats.

Pendant la Tribulation, les Israélites et les non-Juifs qui ont foi en Jésus-Christ seront sévèrement persécutés, mais ils seront aussi comme des lumières qui brillent dans les ténèbres, et par leur témoignage, beaucoup se convertiront à Jésus-Christ.

La fin de la prophétie donnée à Daniel promet un degré supérieur de gloire à ceux qui par leur foi amènent des non-croyants au Sauveur. Ayant été des lumières pendant les jours sombres du malheur, leur récompense sera de rayonner la gloire de Dieu dans le royaume des cieux. Mais l’intensité de cette luminescence sera proportionnelle à la fidélité du témoignage qu’ils auront rendu quand ils étaient sur terre. Jésus a dit :

Les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père (Matthieu 13.43).

Et aux Philippiens, l’apôtre Paul écrit :

Faites tout… pour être irréprochables et purs, des enfants de Dieu sans tache. Dans cette humanité corrompue et perverse, vous brillez comme des flambeaux dans le monde, en portant la Parole de vie (Philippiens 2.14-16 ; Autre).

La prophétie dit que « ceux qui auront amené un grand nombre à être juste brilleront comme les étoiles ». Oui, mais il faut bien comprendre qu’être juste devant Dieu ne consiste jamais à faire des bonnes œuvres, suivre une liturgie, obéir à des règles ou que sais-je encore. Ces comportements, aussi nobles soient-ils, sont absolument sans la moindre valeur devant Dieu (Ésaïe 64.6).

Si je venais subitement à mourir, j’aurais probablement droit à un enterrement de première classe avec pompe. On trouverait des gens bien intentionnés pour dire que j’étais ceci et cela, bref, le meilleur, mais ce sera un discours vide truffé de demi-vérités pour ne pas dire des mensonges, afin de consoler ceux qui ont facilement la larme à l’œil. En réalité, et sans parler de mes fautes, il y a des grosses taches sur tout ce que j’ai pu faire de bien dans ma vie. Rien n’est d’un pur absolu, ce qui fait que ma justice personnelle est aussi nauséabonde que le purin qui coule d’un beau fumier (Ésaïe 64.6).

Le Dieu créateur n’accepte que la perfection et elle ne se trouve qu’en son Fils Jésus. En conséquence, les justes ne sont pas ceux qui ont à leur actif des actions mirobolantes, mais ceux qui sont déclarés justes parce qu’ils ont simplement placé leur foi en Jésus, leur Sauveur. Qu’on se le dise.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

juin 02 2023

Émission du jour | Actes 1.8 – 2.13

La venue du Saint Esprit à la Pentecôte

Nos partenaires