Les émissions

23 sept. 2025

Daniel 7.8-18

J’ai toujours aimé les films à grand spectacle avec des monstres qui sont là pour vous faire peur alors que je suis confortablement assis dans mon fauteuil. J’admire le savoir-faire et l’ingéniosité de ceux qui créent les effets spéciaux. À l’origine en papier mâché, ces monstres sont aujourd’hui des images virtuelles. Mais que ce soient les uns ou les autres, en vérité, ils n’ont vraiment rien d’effrayant parce qu’ils n’existent pas. Par contre, s’ils gambadaient dans les rues, ce serait une toute autre affaire.

À la fin des temps surgira une alliance d’états despotiques qui aura à sa tête un être tellement vil et méchant que le pire des monstres que vous pouvez imaginer est un enfant de chœur à côté de lui.

Je continue de lire dans le chapitre 7 du livre de Daniel.

Après cela, dans mes visions nocturnes, je vis surgir une quatrième bête, effrayante, terrifiante et d’une force extraordinaire ; elle avait d’énormes dents de fer, elle dévorait, déchiquetait et piétinait ce qui restait de ses victimes ; elle était bien différente des bêtes qui l’avaient précédée ; elle avait aussi dix cornes. J’observais ces cornes et voilà qu’au milieu d’elles surgit une autre corne plus petite : trois des premières cornes furent arrachées devant elle. Sur cette corne, il y avait des yeux ressemblant à des yeux humains, et une bouche qui parlait avec arrogance (Daniel 7.7-8).

L’apparition de la quatrième bête se fait en trois étapes : on voit d’abord l’animal, puis les dix cornes de sa tête, et enfin la petite corne ; il semble qu’il s’agisse du déroulement d’une histoire. Comme je l’ai dit, cette bête est l’empire romain, mais il aura plusieurs phases. Un jour apparaîtra un ensemble de dix états ou peut-être plus, car il ne faut pas toujours prendre le chiffre « dix » à la lettre. En effet, dans les Écritures, il peut désigner soit dix unités, soit symboliquement une totalité.

Puis du milieu de ces états surgira un nouveau venu ; d’abord petit et insignifiant, il croîtra très vite et remplacera brusquement et violemment trois états, sans doute en les assimilant. Cette petite corne est décrite comme ayant « des yeux » ce qui représente la ruse et l’ingéniosité.

Cet homme est véritablement et littéralement « diablement intelligent ». Il le sait et s’en glorifie, et son orgueil est à la mesure de son pouvoir. Les Écritures le nomment « l’Antichrist » ; dans sa seconde épître aux Thessaloniciens, l’apôtre Paul décrit cet homme inique en disant que le « Jour du Seigneur » commencera après l’apostasie, c’est à dire un abandon quasi total de la foi, et suite à la manifestation de

l’homme impie, le fils de perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou qu’on adore, et qui va jusqu’à s’asseoir dans le Temple de Dieu et se faire passer lui-même pour Dieu. L’avènement de l’impie se produira par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’injustice (2Thessaloniciens 2.3-4, 9 ; SER).

La seconde phase de l’empire romain est représentée dans la statue de Nabuchodonosor par les dix orteils qui sont un mélange de fer et d’argile, ce qui semble signifier un pouvoir autocratique au sein d’une alliance fragile d’états issus de l’empire romain.

À l’heure actuelle, les pays de la Communauté européenne ont tous un régime démocratique où chacun veut avoir son mot à dire. Alors, on vote et on élit des candidats censés représenter le peuple. Mais en réalité, ce sont les groupes de pression, les lobbys, les grands argentiers et les magouilles politiciennes qui décident le vainqueur. Ce système biscornu qui donne une légitimité de vitrine aux élus permettra à l’Antichrist de prendre le pouvoir.

Mais quand Jésus établira son royaume, il sera le roi doté d’un pouvoir absolu. Il n’y aura ni élection ni consultation, ni chambre de ceci ou de cela ; ce sera un régime dictatorial bienveillant. On sait déjà que le Seigneur n’essaiera pas de se remplir les poches, d’ailleurs l’argent tel que nous le connaissons n’aura plus cours. Ensuite, il fera régner la justice, la vraie, sans entourloupettes et sans vices de formes ou de procédures, et le monde entier devra courber l’échine sous son sceptre royal.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires