Les émissions

09 oct. 2024

Éphésiens 6.5-9

Quand j’étais enfant, je me souviens que les grandes personnes qui voulaient se débarrasser d’une litière de chatons, les mettaient dans un sac et les jetaient à la rivière. En Chine, la loi impose à la plupart des couples de n’avoir qu’un enfant. Comme la plupart des familles et les paysans en particulier préfèrent les garçons, pendant longtemps, et sans doute encore aujourd’hui, ils éliminent les petites filles dans l’espoir que le prochain enfant sera un mâle. C’est peut-être scandaleux, mais en fait il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Déjà au 1er siècle de notre ère, selon la loi romaine « patria potestas », un père avait droit de vie ou de mort sur toute sa maisonnée. Il pouvait jeter dehors, vendre ou faire exécuter qui il voulait, femme, concubines, enfants, esclaves, sans avoir le moindre compte à rendre à quiconque. A la même époque que Paul écrit l’épître aux Éphésiens, Seneca le jeune, tuteur de Néron, a dit :

Nous abattons un taureau redoutable ; nous étranglons un chien enragé ; nous égorgeons une vache malade. Les enfants nés faibles ou anormaux, nous les noyons.

De nos jours, on ne se débarrasse plus des bébés comme des petits chats, du moins sous nos tropiques, parce qu’on est civilisé, mais on trouve d’autres moyens. Selon les statistiques, la majorité des enfants qui sont adoptés, ou en maisons d’accueil sont abandonnés non pas à cause de la mort ou du divorce de leurs parents, mais simplement parce qu’on ne les veut pas.

La faillite des systèmes parentaux ne s’arrête pas là, mais se propage dans tous les segments de la société. Au début de la Seconde Guerre mondiale, dans la marine des États-Unis on avait coutume de dire qu’après la guerre d’indépendance, le pays nouvellement formé a construit des navires en bois commandés et dirigés par des hommes à la trempe d’acier. Mais alors que les États-Unis doivent faire face à une marine japonaise très puissante, ils ont des navires en acier avec des matelots en papier mâché. C’est une boutade évidemment, mais quand même avec un fond de vérité. En effet, le siècle dernier et selon un rapport de l’École de la marine américaine, un pourcentage élevé de jeunes recrues est rejeté à cause de leurs faiblesses de caractère, un défaut qui aurait dû être corrigé alors qu’ils étaient encore sous la tutelle parentale. Aujourd’hui, dans nos pays occidentaux laxistes, l’armée n’a pas de difficulté à mettre un uniforme sur l’homme, c’est mettre un homme dans l’uniforme qui pose problème. Le monde du travail a les mêmes difficultés, car il est, paraît-il, de plus en plus difficile de trouver des travailleurs consciencieux qui n’ont pas constamment l’œil rivé sur l’horloge. Les deux principaux ateliers où on apprend l’obéissance et la force de caractère sont le foyer et le lieu de travail.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires