Les émissions

19 avril 2024

Esther 8.1-17

Dans la vie, il arrive parfois des renversements de situation qui sont pour le mieux ou pour le pire. Au temps où la Perse règne en maître sur tout le Proche et Moyen-Orient, Haman, un conseiller du roi Xerxès est élevé au rang de grand vizir. Il est aussi l’instigateur d’un complot qui vise à exterminer tous les Juifs de l’empire. Mais l’Éternel, le Dieu d’Israël, veille. Il a modelé les circonstances de façon à ce que cet homme sanguinaire soit exécuté. Ce qui est arrivé à Haman illustre une grande vérité enseignée par la Parole de Dieu et qui dit : Ne vous y trompez pas : Dieu ne se laisse pas traiter avec mépris. On récolte ce que l’on a semé (Galates 6.7).

Jacob, l’ancêtre du peuple d’Israël a fait cette amère expérience après avoir trompé son père Isaac aveugle. Au moment de recevoir la bénédiction paternelle, aidé par sa mère Rebecca, il se substitue à son frère Esaü qui est l’aîné des deux jumeaux. Il revêt ses habits desquels émane une forte odeur de venaison car ce dernier est un grand chasseur, et à cette époque les gens ne possèdent pas tous les déodorants parfumés d’aujourd’hui. Jacob se couvre aussi les mains d’une peau de chèvre pour paraître poilu comme son frère. Le vieux père Isaac n’y voit que du feu. Il sent Jacob ainsi affublé, le touche et dit : « C’est bien mon fils Ésaü » et c’est ainsi que Jacob vole la bénédiction qui revient de droit à son frère. Il s’est cru très intelligent, mais il n’a pas emporté cette action vile avec lui au paradis car Dieu ne l’a pas laissé impuni.

Un jour et alors que Jacob est déjà vieux et père de douze fils, 10 d’entre eux vendent comme esclave leur frère Joseph. Ensuite et pour cacher leur crime, ils apportent à leur père la tunique multicolore de Joseph tachée du sang d’une chèvre et lui demandent « Est-ce bien la tunique de ton fils Joseph ? » La ruse fonctionne comme sur des roulettes. Dix de ses fils se sont mis d’accord pour tromper ainsi leur père qui éclate en sanglots car il croit que Joseph est mort, déchiré par une bête sauvage. C’est ainsi que Dieu a rendu à Jacob la monnaie de sa pièce.

Haman, « l’ennemi des Juifs » est mort. Cependant un problème majeur demeure : le décret de Haman ordonnant le massacre des Juifs tient toujours, car ayant été scellé avec l’anneau du roi, il fait partie de la loi des Mèdes et des Perses, et ne peut donc en aucun cas être révoqué.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

déc. 06 2023

Émission du jour | 1 Chroniques 13.1 – 15.1

L'arche de l'alliance - Victoires de David

Nos partenaires