Les émissions

04 juin 2024

Galates 3.10-18

Toutes les sociétés dites civilisées et dans une moindre mesure même les autres, fonctionnent parce que la loi, le droit, la justice et l’ordre leur permettent d’exister. Des règles que théoriquement tout le monde doit respecter sont soit couchées sur un document officiel comme une constitution par exemple, soit transmises oralement comme dans les cultures primitives. Si une majorité de personnes n’observe pas ces règles de fonctionnement et si les contrevenants ne sont pas punis par le pouvoir en place, alors il se crée un vide qui est rapidement comblé par une autre loi, la loi de la jungle. Dans ces conditions ce n’est plus la justice qui prévaut mais le plus fort ou le plus rusé car il peut impunément écraser ou tromper son prochain. Les épurations ethniques ou le détournement de sommes colossales sont des exemples de la loi de la jungle. Pour vivre ensemble, les hommes ont besoin d’obéir à des règles qui gèrent leurs relations. Ça, c’est très bien surtout que la plupart des personnes qui respectent la loi ont aussi une bonne morale. Là où le bât blesse est que ces mêmes gens sont satisfaites d’elles-mêmes au point de se considérer comme respectables aux yeux de Dieu. N’ayant pas commis de gros péchés, elles n’ont pas besoin d’un Sauveur.

Environ 1500 ans avant Jésus-Christ, l’Éternel a donné la Loi de Moïse aux Hébreux. Mais au fil du temps, les responsables du peuple y ont ajouté de nouveaux rites lourds que seule une élite religieuse qui n’a rien d’autre à faire peut mettre en pratique. Ce système contraignant composé à la fois de préceptes divins et de traditions humaines est devenu pour les classes dirigeantes un moyen de paraître, de se faire mousser devant les hommes, et d’acquérir une justice personnelle devant Dieu ; c’est le cas de Judaïsants avec qui l’apôtre Paul a maille à partir. Alors qu’il sillonne les voies romaines pour répandre la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, ces faux frères légalistes lui emboîtent le pas pour saper son ministère. Même aux païens nouvellement convertis au Christ, ils proclament la nécessité d’obéir aux rites de la Loi de Moïse. Assez curieusement, ils jouissent d’un certain succès auprès des Galates. A ces nouvelles alarmantes l’apôtre Paul est tellement indigné et furieux qu’il s’empresse d’écrire sa façon de penser à ces jeunes chrétiens dans la foi. Il les réprimande sans ménagement mais il veut surtout corriger leurs croyances erronées.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires