Les émissions

29 avril 2024

Job 4.1 – 5.7

L’amitié est un bien des plus précieux en particulier par les temps qui courent où dans notre société occidentale, l’individualisme règne comme valeur suprême. Voltaire fait dire à l’un de ses personnages : Toutes les grandeurs de ce monde ne valent pas un bon ami.

Job est un patriarche qui a donné son nom à l’un des livres poétiques de l’Ancien Testament, mais ce qui lui est arrivé n’a rien de poétique car il a été frappé des pires malheurs qu’on puisse imaginer. Il a tout perdu, absolument tout et il est atteint d’une maladie incurable qui le fait abominablement souffrir. Il s’est réfugié dans la décharge municipale puis s’est lancé dans une longue complainte, un gémissement qui en dit long sur ses souffrances.

Avant que ces catastrophes ne fondent sur lui, c’était un personnage très respecté et même le plus important à l’est du Jourdain, ce qui fait qu’il avait des amis. Si la plupart sont des amis des beaux jours, il en a aussi qui sont sérieux et avec qui se vérifie le dicton : « la véritable amitié se voit dans le malheur ». Le texte mentionne trois hommes qui se dérangent pour venir réconforter Job, mais en réalité il y en a un quatrième qui sera le dernier à s’exprimer. Les trois cités prennent la parole à tour de rôle et plusieurs fois, mais malheureusement pour Job, à cause de leurs idées préconçues, ces trois hommes ne lui sont d’aucune aide. D’ailleurs, ils portent chacun un nom dont la signification est leur portrait-robot en miniature. Le premier est Éliphaz, ce qui veut dire « Dieu est fort », et c’est ce qu’il va proclamer haut et fort à grands coups de massue. Pour Éliphaz, le Tout-Puissant et le père Fouettard ne font qu’un.

Le second homme à s’exprimer s’appelle Bildad, ce qui signifie « Fils de dispute ». Lui aussi est du genre brutal dans ses paroles, et le troisième est Tsophar, ce qui veut dire « moineau ». Lui, il gazouille très méchamment en portant des accusations dures et sans preuve contre Job.

La compassion n’est pas le point fort de ces trois amis. Leur motivation à venir soutenir Job est fort louable, mais au lieu de compatir à ses malheurs, ils prétendent expliquer et juger sa situation. Comme Job ne souscrit pas à leur point de vue, ils durcissent le ton et se livrent à une bataille rangée, un combat sans merci contre lui et les dialogues sont des joutes oratoires.

Alors que de nos jours des foules se pressent pour assister à des événements sportifs, à l’époque des patriarches on affectionne le maniement du verbe. Ce sont les traits d’esprit, les jeux de mots, et les répliques bien dites qui font l’admiration d’un public averti. Il est probable qu’un cercle de personnes assiste à ce tournoi pour voir et entendre ces hommes croiser le fer de la rhétorique. Les discussions vont tourner autour de la question suivante : « Est-ce que Job est sincère dans son intégrité ? » ; C’est aussi le sujet de dispute entre Dieu et Satan.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires