Les émissions

29 déc. 2022

Luc 23.55 – 24.27

Chaque nation a son drapeau et son histoire et ses victoires militaires, ce qui évidemment signifie une cinglante défaite pour le camp opposé et des montagnes de cadavres des deux côtés. Mort, souffrances, le mal, le jugement, le péché qui nous colle à la peau, voilà nos véritables ennemis, mais Dieu les a vaincus par la croix et surtout par la résurrection de Jésus-Christ, le champion de l’homme. L’événement le plus glorieux de toutes les Écritures est aussi ma victoire. Les évangélistes mentionnent les circonstances qui entourent la résurrection mais ce ne sont pas toujours les mêmes parce qu’ils ont écrit indépendamment l’un de l’autre. Par contre, tous les quatre montrent que la résurrection est le fondement du christianisme.

Jésus est mort le vendredi. Ce dernier jour de sa présence humaine sur terre a vu les personnes les plus inattendues offrir un témoignage à sa grandeur. Dieu s’est arrangé pour que malgré la débandade des apôtres, son fils soit entouré d’êtres humains significatifs. Tout d’abord, et même s’il ne s’est pas porté volontaire, Simon de Cyrène porte sa croix. Comme son nom est mentionné c’est qu’il était connu dans l’Église primitive ; puis les femmes de Jérusalem le suivent sur le chemin du calvaire ; ensuite le larron repentant et l’officier romain reconnaissent sa véritable identité ; enfin, Joseph d’Arimathée et Nicodème s’assurent que le corps de Jésus ne reste pas pendu sur la croix et qu’il reçoive un ensevelissement honorable. L’Évangile selon Jean précise que :

Tous deux prirent donc le corps de Jésus et l’enveloppèrent de linges funéraires en y mettant des aromates, selon les usages funéraires des Juifs (Jean 19.40).

A la veille de sa mort puis au pire moment de sa vie, Jésus agit comme le Fils de Dieu. Il prophétise le reniement de Pierre, pardonne le larron repentant, lui ouvrant ainsi toute grande la porte du paradis, et enfin par un acte de sa seule volonté, il donne sa vie en sacrifice pour le péché afin que la justice de Dieu soit satisfaite à mon égard.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

juin 06 2023

Émission du jour | Actes 2.40 – 3.18

La vie en communauté - Guérison d'un boîteux

Nos partenaires