Les émissions

19 sept. 2022

Marc 3.20 – 4.14

Je sais par expérience que les gens, famille inclue, n’apprécient guère les anticonformistes, mais je suis en bonne compagnie. La section suivante du texte de Marc, et jusqu’à la fin du chapitre trois a une structure en sandwich. L’histoire commence avec la famille de Jésus venant le voir puis est interrompue par une altercation avec les religieux, pour être finalement reprise ensuite. Je continue à lire dans le chapitre 3 de l’évangile selon Marc.

Jésus alla à la maison et, de nouveau, la foule s’y pressa au point que lui et ses disciples n’arrivaient même plus à manger. Quand les membres de sa famille l’apprirent, ils vinrent pour le ramener de force avec eux. Ils disaient en effet : « Il est devenu fou » (Marc 3.20-21).

Jésus retourne à Capernaüm, peut-être pour souffler un peu. Mais les membres de sa famille débarquent en force pour se saisir de lui comme s’il était un vulgaire criminel. Assez curieusement, les siens le prennent pour un fanatique religieux mentalement déséquilibré.

Si un homme consacre sa vie à une cause quelconque, tout ce qu’il y a de plus terrestre, on l’applaudit. Le musicien, l’athlète, l’homme d’affaires, l’artiste, le religieux traditionnel ou le politicien, sont tous reconnus à leur juste valeur. En revanche, si quelqu’un consacre sa vie à J-C, on le montre du doigt car on le considère comme un fanatique. Il est vrai que dans le domaine spirituel, les détraqués ne manquent pas. C’est comme si le diable brouillait les pistes afin que les bonnes gens fassent l’amalgame et ne sortent pas des sentiers battus.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires