Les émissions

09 juin 2022

Matthieu 3.5 – 4.1

Qu’est-ce qui attire les foules ? Lorsque quelqu’un, bien en vogue du monde du spectacle, un comédien, un chanteur ou que sais-je encore, présente son spectacle son et lumière à l’Olympia, il fait facilement le plein. Si une célébrité politique vient faire un discours, lui aussi drainera du monde, mais pas le même que dans le cas précédent. Une injustice criante aussi fait bouger les gens. Lorsque dans un pays qui se veut démocratique le premier ministre ou le président tente de voler les élections par ce qu’on appelle pudiquement des irrégularités, ça suscite de gros remous.

Par contre, je vois mal un individu aux apparences loufoques, annonçant un jugement divin dans un endroit abandonné, avoir un gros impact. On le traitera comme un divertissement banal. Pourtant, il y a eu plusieurs personnages très colorés qui ont fait un tabac. Ainsi, Jean-Baptiste a eu un succès fou avec un message tout simple qui fait froid dans le dos : Repentez-vous ou vous serez sévèrement jugés.

Je continue à lire dans le chapitre 3 de l’Évangile de Matthieu.

On venait à lui de Jérusalem, de la Judée entière et de toutes les contrées riveraines du Jourdain. Tous se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain, en reconnaissant ainsi leurs péchés (Matthieu 3.5-6).

J’ai envie de dire que les gens arrivaient par trains entiers. En fait, ils venaient à pied, mais en foules. Jean-Baptiste ne loua pourtant pas un stade ni un auditorium ni une synagogue et personne ne l’invita comme orateur. En fait, il n’est même pas en ville, mais en plein désert. Si quelqu’un voulait éponger sa dette envers son Créateur, c’est vers Jean-Baptiste qu’il devait aller, car l’Esprit de Dieu demeurait avec lui. La loi de Moïse prévoyait des ablutions cérémoniales, mais cette immersion totale dans les eaux du Jourdain telle que la pratiquait Jean-Baptiste était inconnue dans l’Ancien Testament.

En se laissant baptiser ainsi, le pénitent reconnaissait publiquement sa culpabilité devant Dieu ; c’était un acte de repentance par lequel il avouait avoir enfreint la Loi de Moïse. Le baptisé acceptait aussi de changer sa vie, d’abandonner certaines pratiques et d’obéir aux préceptes de la Loi qui resta en vigueur jusqu’à l’établissement de l’Église à la Pentecôte.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 26 2024

Émission du jour | Néhémie 2.1-18

Néhémie envoyé à Jérusalem

Nos partenaires