Les émissions

25 juin 2026

Michée 7.1-9

Un jour j’ai lu qu’en se forçant à sourire, on peut égayer son humeur et que l’inverse est également vrai. C’est sûr que si je broie du noir, si je rumine des pensées pessimistes, je ne vais être ni joyeux, ni en avoir l’air. Les prophètes de l’Éternel qui ont la charge d’avertir les Israélites de la venue du jugement de Dieu ne doivent pas être à la fête non plus. Non seulement ils annoncent des malheurs, mais dans leur vision prophétique ils peuvent voir se dérouler devant leurs yeux la destruction de leur peuple et de leur patrie. Il y avait vraiment de quoi devenir neurasthénique.

Après avoir, au nom de l’Éternel, proféré des menaces et terminé par l’annonce de la fin politique du royaume de Juda, Michée sombre dans la déprime et commence le dernier chapitre de son livre par « Hélas ! Malheur à moi ! » et on le comprend. Ce chapitre se compose de trois strophes. Dans la première (7.1-6), le prophète se plaint de l’étendue des péchés de Juda et reconnaît la nécessité du châtiment divin.

Dans la deuxième (Michée 7.7-13), il remonte la pente et dit toute sa confiance en l’Éternel. À travers Michée, l’Israël fidèle exprime sa foi dans le salut divin car il possède l’assurance qu’après avoir été frappé de la verge, Dieu le relèvera et lui fera justice contre ses ennemis.

Dans la troisième strophe (Michée 7.14-20), au nom du peuple, Michée fait monter une humble prière (Michée 7.14) à Dieu et lui demande de rétablir le peuple comme il était autrefois. L’Éternel répond alors par la promesse de renouveler envers lui les miracles des premiers temps et d’humilier ses ennemis (Michée 7.15-17), ce qui relève et élève l’esprit de Michée qui éclate en un hymne d’adoration et de reconnaissance au Dieu de l’alliance (Michée 7.18-20). Le « Hélas ! Malheur à moi ! » du début du chapitre devient «  Oui, de nouveau tu auras compassion de nous […]. Oui, tu témoigneras de la fidélité au peuple de Jacob. Tu manifesteras ta grâce aux enfants d’Abraham. »

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires