Les émissions

24 juin 2026

Michée 6.9-16

L’Ancien Testament est écrit à plus de 99 % en hébreu, et comme il se compose uniquement de consonnes, selon les voyelles qu’on attribue aux consonnes, le sens est différent, bien que la plupart du temps ça ne change pas grand-chose.

Dans le chapitre six du livre de Michée, selon les voyelles adoptées, Dieu dit : « ton nom verra le succès » (JER) ; « celui qui est sage verra ton nom » (SER) ; « celui qui est sage craindra ton nom » (LSG ; OST) ; « la sagesse c’est de le craindre » (SEM). Et l’ancienne version grecque a : « il sauve ceux qui le craignent » (LXX). Voilà ! Choisissez. D’accord, c’est différent mais ça revient à peu près au même. Les versions françaises, anglaises, allemandes, adoptent l’une ou l’autre de ces possibilités. Dans ces situations qui sont relativement fréquentes, il est préférable d’employer le texte hébreu traditionnel ce que je fais.

Je continue de lire dans le chapitre six du livre de Michée. Après avoir exhorté le peuple de Dieu d’une voix douce et paternaliste, le prophète change soudainement de ton et dit :

La voix de l’Éternel crie à la ville : celui qui est sage verra ton nom, écoutez le bâton et celui qui l’a ordonné (Michée 6.9 ; auteur).

« La ville » est évidemment Jérusalem car c’est là que Michée exerce son ministère, et ce que désigne en général le mot « la ville ».

« Celui qui est sage » est littéralement « la sagesse ». Le mot utilisé est très rare et signifie à proprement parler : « solidité, substance, ou réalité ». Ce terme abstrait désigne l’attitude de l’homme sérieux et prudent. Confronté à la loi de Dieu, il ne rue pas dans les brancards mais s’efforce d’y conformer sa conduite. Quelle que soit la manière dont les Israélites écoutent le message de Michée, ceux qui sont sages y sont réceptifs, mettent à profit ce qu’ils ont entendu et s’en trouvent béni. D’autres passages des Écritures expriment à peu près la même pensée. Dans le livre des Proverbes :

Agir avec droiture est une protection pour l’homme intègre (Proverbes 13.6). Obéir aux commandements, c’est veiller sur sa propre vie (Proverbes 19.16).

« Celui qui est sage verra ton nom », dit le texte hébreu traditionnel. Le nom de Dieu révèle qui il est, son être intime. Celui qui a vraiment la tête sur les épaules considérera qui est l’Éternel et aura envers lui une crainte révérencielle qui s’exprimera en attitude et en actes. Dans le livre des Proverbes, on lit :

La clé de la sagesse, c’est de révérer l’Éternel (Proverbes 1.7).

Michée dit : « Écoutez le bâton » qui est une forme elliptique qui signifie : « Écoutez l’annonce de la venue du bâton. » Ce gourdin est un peuple étranger dont l’invasion accomplira les jugements de Dieu contre Israël. Dans le livre d’Ésaïe, « le bâton » est désigné avec précision. Je lis les passages :

Malheur à l’Assyrien, bâton de ma colère ! Ce gourdin dans sa main est l’instrument de ma fureur. – Par conséquent, voici ce que dit l’Éternel, le Seigneur des armées célestes : Ô toi mon peuple, habitant de Sion, ne crains pas l’Assyrie quand, avec le bâton, il viendra te frapper et lorsqu’il brandira son gourdin contre toi, comme l’Égypte l’a fait autrefois (Ésaïe 10.5, 24 ; comparez Ésaïe 9.3).

Cependant, dans la prophétie de Michée, il s’agit des Babyloniens.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires