Les émissions

23 déc. 2025

Osée 5.11 – 6.3

La liberté individuelle est un concept qui est cher à tous ceux qui vivent dans un pay démocratique et c’est très bien ainsi. Seulement, être libre ne veut pas dire « faire ce que je veux quand je veux ». On a coutume de dire que ma liberté cesse quand elle empiète sur celle de mon voisin. Dans les Écritures, en faire à sa tête a toujours une connotation très négative. Adam et Ève, puis Caïn, pour ne citer que les trois premiers êtres humains, se sont justement rendus coupables envers Dieu parce qu’ils ont agi comme il leur semblait bon. Le livre des Juges qui est une suite d’histoires souvent saugrenues se termine par :

Chacun faisait ce qu’il jugeait bon (Juges 21.25).

Cette toute petite phrase n’explique que trop bien pourquoi ce livre est tissé de drames terribles. Et dans le livre des Proverbes, le sage dit :

L’insensé pense toujours qu’il fait bien… Bien des hommes pensent être sur le bon chemin, et pourtant, ils se trouvent sur une voie qui, finalement, mène à la mort (Proverbes 12.15 ; 14.12).

Cette obstination à en faire à ma tête est l’histoire d’Israël depuis ses débuts en tant que peuple et nation. D’ailleurs, c’est l’Éternel qui l’accuse maintes fois d’être un peuple rebelle au cou raide (Exode 32.9 ; 33.3, 5 ; Deutéronome 9.6, 13 ; Actes 7.51). Je continue de lire dans le chapitre cinq du livre du prophète Osée.

Éphraïm sera écrasé et brisé par le jugement, car il veut se conduire d’après ses propres règles (Osée 5.11).

Comme j’ai eu l’occasion de le dire, Éphraïm représente l’ensemble des X tribus du Nord. Ce royaume a décidé de faire fi de la Loi de Moïse et de ses préceptes, et de tracer sa propre ligne de conduite dans les domaines moral et religieux. Les Israélites se conduisent comme bon leur semble ou comme l’exprime d’une façon poétique et plus exacte l’ancienne version grecque : « il (Israël) a persisté à courir après le néant », c’est-à-dire les idoles. Et en effet, les Israélites se courbent bien bas devant Baal et Astarté et les veaux d’or érigés par Jéroboam, premier roi d’Israël Nord, dans la ville de Dan tout au nord du territoire des X tribus, et à Béthel tout au sud, proche de la frontière avec Juda. Cette ville dont le nom veut dire « Maison de Dieu » a été surnommé Beth-Aven par le prophète Osée (4.15), ce qui signifie « Maison du néant ». Non seulement les rois d’Israël encouragent l’idolâtrie, mais ils mettent le comble à leurs péchés en interdisant à leurs citoyens de se rendre à Jérusalem pour adorer l’Éternel et célébrer les fêtes religieuses qui sont pourtant obligatoires selon la Loi de Moïse. Il n’est donc pas surprenant que Dieu décide d’en finir une bonne fois pour toutes avec ce royaume rongé de tous côtés par la vermine des pratiques idolâtres.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires