Les émissions

08 nov. 2024

Proverbes 16.1 – 33

Quand j’étais jeune, je trouvais que mes aînés étaient vieux jeu. Mais maintenant que je fais partie des anciens, avec le recul je me rends compte que l’accumulation des années amène avec elle un certain savoir-vivre. Testé au creuset de la vie, l’expérience de ceux qui nous ont précédés a été codifié sous forme de dictons qu’on trouve chez tous les peuples.

En Israël, ce bagage de sagesse populaire s’appelle l’Ecclésiaste et surtout le Livre des Proverbes. Ces maximes expriment une pensée tirée d’une longue expérience, et qui a résisté à l’épreuve du temps et des difficultés. Les proverbes ont tous été rédigés sous le régime de la loi de Moïse et alors qu’Israël est une théocratie, mais ils ont une application qui transcende les époques, les us et les coutumes, et ils s’adressent à tous les hommes et femmes de toute race et de toute condition sociale parce qu’ils sont inspirés de Dieu. Les proverbes qui se réfèrent plus particulièrement au triomphe de la justice et du bien sur le mal expliquent comment la vie se déroule quand c’est Dieu et non pas l’homme qui tient les rênes. Les proverbes seront vraiment d’actualité pendant le Millénium lorsque Jésus sera sacré Roi des rois et Seigneur des seigneurs de ce monde.

Nous arrivons au chapitre 16 du livre des Proverbes qui continue simplement le précédent avec des sentences très courtes, qui, pour la plupart se composent de deux idées parallèles synonymes ou qui se complètent, et qui sont souvent reliées par la conjonction « et » ou « mais ». Je commence à le lire.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires