Les émissions

20 août 2024

Psaumes 107.1 – 109.19

La louange a mauvaise presse. Elle est assimilée à la suffisance, à la flatterie, à l’hypocrisie et encore à d’autres vices. C’est bien dommage parce que faire un compliment, être reconnaissant et voir le bon côté des choses sont toutes des attitudes nobles et louables, justement. Et si en plus je sais distinguer la bonne main de Dieu dans ma vie, alors, je suis proche de la sérénité.

Louer l’Éternel de tout son cœur fait partie de la vie quotidienne du roi David et des psalmistes, et encore davantage de ceux qui ont composé le 5e recueil du psautier que j’aborde dès aujourd’hui. Comme les 4 précédents, ce dernier recueil contient des cantiques très variés composés par divers auteurs : 15 sont de David, 1 de Salomon et les autres sont anonymes. On trouve dans ce recueil un des grands psaumes messianiques, le psaume 110, ainsi que le 130 qui lui est un des psaumes de repentance les plus connus. Cependant, et comme je l’ai déjà suggéré, le thème dominant du 5e recueil est la louange. D’ailleurs, deux séries de psaumes sont respectivement appelées « Hallel » et « le petit Hallel » parce qu’ils commencent et finissent par Alléluia. Ce 5e recueil est très utilisé par les Juifs lors de leurs célébrations religieuses au point où ils l’appellent « le Livre des fêtes ».

Le Psaume 107, qui ouvre le 5e recueil, contient beaucoup de passages empruntés à d’autres Textes Sacrés comme Job ou Ésaïe. C’est le chant de reconnaissance des Juifs disséminés dans le monde entier, alors qu’ils retournent dans le pays de leurs ancêtres. En considérant leur passé, ils célèbrent l’amour et la bonté de l’Éternel qui est intervenu de bien des manières en leur faveur quand ils étaient dans la détresse, afin de les sauver et de les guider jusqu’à ce jour.

Ce psaume fait penser à Moïse lorsqu’il rappelait les bontés de l’Éternel envers Israël alors que le peuple se trouvait dans la plaine face à la Terre promise qu’il s’apprêtait à conquérir.

Les quatre premières strophes du Psaume 107 décrivent diverses détresses et le secours de l’Éternel. Chacune énonce le même refrain qui dit :

Dans leur détresse, ils ont crié à l’Éternel, et il les délivra de leurs angoisses. Qu’ils louent donc l’Éternel pour son amour, pour ses miracles en faveur des hommes ! (Psaumes 107.6, 8).

Cette répétition donne à tout le psaume un mouvement rythmique qui le rend agréable à l’oreille. Ce refrain ne se trouve pas dans la cinquième et dernière strophe parce qu’elle n’a pas le caractère dramatique des quatre précédentes. Je commence à lire le Psaume 107.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

sept. 28 2023

Émission du jour | 2 Rois 7.8 – 9.10

Camp des Syréens abandonné - La Sunamite

Nos partenaires