Les émissions

15 juil. 2024

Psaumes 27.1 – 28.9

Edmond Rostand a dit : « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière ».

Il a raison, c’est surtout dans le noir et quand il fait bien sombre que les enfants et même les grands ont peur. Par contre, la lumière est associée à la vie et au bien-être. Le roi Salomon a écrit : « Douce est la lumière et il est bon de voir le soleil (Ecclésiaste 11.7) ». Et Jésus a dit : « Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres : il aura la lumière de la vie (Jean 8.12) ».

Dans le Psaume 27, le roi David associe la lumière à l’Éternel son Sauveur. Quand il compose ce psaume, il est entouré d’ennemis qui menacent sa vie, mais sa première réaction est de louer le Seigneur. La première partie de ce psaume consiste donc en des paroles qui expriment sa confiance en l’Éternel et une foi qui bannit toute crainte. Mais tout à coup, son humeur change et sa prière devient un appel au secours. Il invoque instamment Dieu pour être délivré. La deuxième partie du psaume est la supplication d’un homme dans la détresse.

La différence entre les deux moitiés de ce psaume fait penser à un revirement d’état d’âme, mais en fait il n’est pas rare que devant un danger soudain, la foi sereine et joyeuse passe par un moment de crise ; elle a alors besoin de se réfugier en Dieu. Par ailleurs, c’est une excellente idée de se fortifier en l’Éternel avant de lui lancer un S.O.S désespéré. David remet ses crises entre les mains de Dieu qu’il connaît et qu’il aime.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires