Les émissions

29 juil. 2024

Psaumes 49.1 – 50.23

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui est important dans la vie des personnes que vous côtoyez tous les jours ? Dans le Tiers Monde, la majorité des gens essaie seulement de survivre en trouvant de quoi manger et de l’eau saumâtre. En France, où nos besoins élémentaires sont largement satisfaits et où nous vivons dans un luxe relatif, beaucoup de nos contemporains placent la famille dans le peloton de tête de leurs priorités. Mais je pense que dans la liste des valeurs, c’est l’argent qui porte le maillot jaune, qu’il soit accumulé en banque ou parce qu’il sert à se procurer des tas de choses qu’on estime plus ou moins indispensables; cependant, on n’a encore jamais vu un linceul muni de poches. C’est le sujet du Psaume 49 qui place en même temps chacun d’entre nous devant certains grands mystères de la vie comme la prospérité des hommes impies par exemple. Dans les trois psaumes précédents, le psalmiste a loué et rendu grâce à l’Éternel pour avoir secouru Israël de ses ennemis qui ont envahi le pays de Juda. L’Éternel vient toujours au secours de son peuple quand il se confie en lui. Depuis le jour où il l’a fait sortir d’Égypte, Dieu a été fidèle à son alliance et le demeurera jusqu’à la fin des temps, quand il délivrera encore le petit reste fidèle d’Israël persécuté par l’Antichrist.

Le Psaume 49 est le dernier de la série composée par les Qoréites; il fait partie des écrits « de sagesse ». Dans le psaume 37, le psalmiste a déjà dit que la prospérité du méchant est bien éphémère, tandis que la bénédiction du juste est permanente. La pensée dominante du Psaume 49 est le problème du succès du mal et du bonheur du méchant mais aussi la destruction des hommes pervers avec le lugubre refrain : « semblable aux animaux il devra périr » (verset 13, 21). Son but est d’instruire le lecteur sur la destinée de l’homme et la vanité des richesses, car tous les êtres humains atterrissent dans le Schéol qui est le séjour des morts. Mais sur ce fond macabre, le psalmiste établit un contraste entre la façon dont Dieu traite l’impie qui disparaît à tout jamais sans délivrance possible, et le juste qui est racheté par Dieu à cause de sa foi.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires