Les émissions

28 nov. 2023

Romains 15.8 – 15.22

L’Empire romain était composé d’une multitude de groupes ethniques différents qui n’avaient pas grand-chose en commun les uns avec les autres, et qui cohabitaient bon an mal an avec difficulté. Mais le clivage le plus marqué était entre les Juifs et tous les autres peuples car un antagonisme viscéral les sépare. C’est grâce au Christ que dans l’Église, cette profonde inimitié naturelle s’est transformée en une coexistence paisible et même en fraternité. Cependant, Jésus est d’abord venu sur terre pour accomplir les promesses que l’Éternel avait faites à Abraham et à ses descendants; c’est d’ailleurs ce qu’il dit lui-même; je le cite :

Jésus appela ses douze disciples et leur dit : — N’allez pas dans les contrées païennes et n’entrez pas dans les villes de la Samarie. Rendez-vous plutôt auprès des brebis perdues du peuple d’Israël. — Ma mission se limite aux brebis perdues du peuple d’Israël (Matthieu 10.1, 5-6 ; 15.24).

Ainsi, son ministère terrestre a presque exclusivement été limité aux Juifs et eux seuls avaient le droit et le privilège de l’invoquer comme Fils de David. Les païens sont restés sur la touche mais pouvaient quand même implorer sa miséricorde en tant que Fils de Dieu. Plusieurs exemples nous sont rapportés dans les Évangiles comme l’histoire de la guérison de la fille de la femme Syro-phénicienne (Matthieu 15.21-28). Si Jésus est d’abord venu pour offrir le royaume de Dieu aux Israélites, en second lieu, il est descendu du ciel pour mourir pour toute l’humanité. En effet, dès le tout début de sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul écrit :

Je suis fier de l’Évangile : c’est la puissance de Dieu par laquelle il sauve tous ceux qui croient, les Juifs d’abord et aussi les non-Juifs (Romains 1.16).

Comme l’annonçait l’Ancien Testament, depuis la Pentecôte, Dieu se constitue un seul peuple qui réunit aussi bien les Juifs que les païens, et c’est d’ailleurs un thème que l’apôtre Paul développe.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires