Les émissions

31 mai 2023

Ruth 4.9-20

Tous les soirs à la télé et ça ne manque jamais, on entend parler de gens qui ont subi un coup dur, un drame qui a pu survenir à cause d’une faute personnelle, d’un accident, de la maladie, d’un mauvais concours de circonstances et même de la malchance. Parfois une tuile vous tombe sur la tête sans raison apparente; c’est comme ça et ce n’est pas juste. Pourtant, il arrive aussi qu’avec le temps le tranchant du malheur ou de la catastrophe s’émousse et que la douleur s’éteigne parce que la chance sourit. Tout commence par une famine dans la région de Bethlehem. Elimélek fait ses bagages et avec sa femme et se deux fils, il part s’installer dans Moab, le pays voisin. Le malheur frappe et les soutiens de famille meurent. Noémi et Ruth, toutes deux veuves retournent alors au pays mais à son arrivée Noémi dit :

– Ne m’appelez plus Noémi (L’heureuse), appelez-moi Mara (L’affligée), car le Tout-Puissant m’a beaucoup affligée. Je suis partie d’ici comblée, et l’Eternel m’y fait revenir les mains vides (Ruth 1.20-21).

Ce n’est pas faux, mais Dieu intervient au travers de circonstances favorables et Booz, un parent éloigné riche et bon, décide devant les responsables de la cité de prendre ces deux femmes à charge. Je continue à lire dans le chapitre 4 du livre de Ruth.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires