Les études

16 juin 2022

#02 Instructions de David à son fils, Salomon (1 Rois 1.38-2.46)

Deux intronisations ont lieu en même temps. Adoniya, fils de David, entend mais sans la voir, la cérémonie officielle qui sacre roi son frère Salomon, qui est monté sur la mule que David seul utilise, ce qui le désigne comme le nouveau roi. Le coup d’état manqué d’Adoniya précipite l’intronisation de Salomon du vivant de David ce qui évite une succession ensanglantée.

Tsadoq confère l’onction à Salomon ; on sonne du cor et tout le peuple s’écrie : Vive le roi Salomon ! Une foule immense l’acclame au point que la terre tremble. Adoniya et ses convives se demandent ce que signifie tout ce vacarme et le son du cor quand le fils du prêtre Abiatar arrive et dit : David a établi Salomon comme roi et toute la ville est excitée. Salomon s’est même assis sur le trône royal et les ministres sont venus féliciter le roi David qui a déclaré : Béni soit l’Éternel qui m’a donné un successeur. À ces mots, tous les invités s’enfuient et Adoniya terrorisé dit : que le roi Salomon me jure qu’il ne me fera pas mettre à mort. ” Salomon répond : s’il se conduit en homme loyal, pas un seul de ses cheveux ne tombera à terre. Alors Adoniya vient se prosterner devant Salomon qui lui dit : va dans ta maison (Rois 1.38-53).

Le banquet terminé, Adoniya est sur le point d’entrer triomphalement dans Jérusalem, mais c’est trop tard, les dés sont jetés. Cependant, Salomon se montre bon prince et lui accorde une pleine liberté tant qu’il ne complote pas contre lui.

Je commence le chapitre 2. (1 Rois 2.1-46)

Sentant venir sa fin, David dit à Salomon : je vais prendre le chemin qui retourne à la terre. Conduis-toi en homme courageux. Obéis fidèlement à tous les commandements de la Loi de Moïse et tu auras du succès dans tout ce que tu feras. Alors l’Éternel accomplira la promesse qu’il m’a faite : si tes descendants obéissent à ma volonté, il y en aura toujours un sur le trône d’Israël. ” (1Rois 2.1-4).

Si Salomon ou l’un de ses descendants est infidèle à l’Éternel, lui et la nation seront jugés, mais l’alliance conclue avec David est inconditionnelle, ce qui veut dire qu’un jour, le roi suprême et ultime d’Israël sera issu de la lignée de David ; ce sera Jésus-Christ.

David dit encore : tu sais que Joab a assassiné deux chefs de l’armée, tu le puniras comme il se doit. Tu traiteras avec bonté les fils de Barzillaï car ils m’ont secouru quand je fuyais devant ton frère. Chimeï a prononcé contre moi de terribles malédictions, mais j’ai juré que je ne le ferais pas mourir. Cependant, toi tu veilleras à le punir (1Rois 2.5-9).

David ne mentionne pas la mort d’Absalom parce que, ayant été tué en pleine bataille, c’est « le sang de la guerre ». Selon la loi de Moïse, l’action de Chimeï est passible de mort. David lui a pardonné l’affront personnel qu’il a subi, mais en tant que juge suprême d’Israël, il faut que justice soit faite contre lui et Joab qui sont coupables l’un de lèse-majesté et l’autre de meurtre.

Après avoir régné quarante ans, David rejoignit ses ancêtres décédés. Adoniya va trouver Bath-Chéba et lui dit : demande à Salomon de me donner Abichag, la Sunamite. Elle va donc voir le roi et dit : donne Abichag à ton frère Adoniya. Mais il répond : comment peux-tu demander Abichag, demande donc la royauté pour lui. Alors il jure : aujourd’hui même Adoniya sera mis à mort et il envoie Benayahou l’exécuter. Puis il ordonne au grand prêtre Abiatar : retire-toi dans ta propriété car tu mérites la mort. La nouvelle parvient à Joab qui se réfugie dans la Tente de l’Éternel mais Salomon le fait exécuter par Benayahou qu’il nomme à la tête de l’armée puis il remplace Abiatar par Tsadoq (1Rois 2.10-35).

Salomon n’avait procédé à aucune purge, mais l’heure est venue de faire le ménage. La destitution d’Abiatar accomplit le jugement de Dieu sur le juge Élie. La nomination de Tsadok comme grand-prêtre fait suite à la promesse que Dieu avait faite à la lignée Éléazar/Phinées. Adoniya n’a pas abandonné l’espoir de capturer le trône et il fait croire à Bath-Chéba à une histoire d’amour alors qu’il s’agit d’un complot. En effet, comme Adoniya est le frère aîné, il a certains droits au trône et son mariage avec Abichag qui fait partie du harem royal, fortifiera ses prétentions. Mais comme cette demande viole les clauses de loyauté fixées par Salomon, ce dernier prononce officiellement et légalement la condamnation à mort d’Adoniya. Par ailleurs, comme Salomon soupçonne Abiatar et Joab de tremper dans ce complot, il règle leur compte (1Samuel 2:30-35 ; Nombres 25:10-13).

Puis Salomon dit à Chimeï : Tu habiteras Jérusalem mais je t’avertis que le jour où tu en sortiras, tu mourras. Chimeï répond : C’est bien. Mais trois ans plus tard, deux de ses esclaves s’enfuient et se réfugient à Gath tributaire d’Israël. Chimeï va les chercher mais on en informe Salomon qui convoque Chimeï et lui dit : tu as désobéi à mon ordre. Puis il le fait exécuter pour le mal qu’il avait fait à son père David (1Rois 2.36-46).

Étant de la parenté de Saül, Chimeï est une menace pour Salomon, qui le place en résidence surveillée afin qu’il ne puisse pas fomenter de complot. C’est une peine légère car David lui a promis la vie sauve, mais sa désinvolture lui coûte la vie.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires