Les études

16 juin 2022

#03 Une alliance nouvelle (2 Corinthiens 2.14-3.16)

Inquiet, Paul cherche Tite qui revient de Corinthe après leur avoir porté la lettre de l’apôtre. Paul le retrouve, écoute son rapport puis respire car il est rassuré sur leur état d’esprit.

Grâces soient rendues à Dieu qui nous fait toujours participer au triomphe du Christ et qui se sert de nous pour répandre en tout lieu la bonne odeur de sa connaissance ! (2Corinthiens 2.14).

Cette ardente action de grâces est due aux retrouvailles avec Tite et le succès de sa mission auprès des Corinthiens qui ont bien réagi. « La bonne odeur » est une image empruntée aux holocaustes qui dégagent une fumée agréable à Dieu quand le sacrifice offert provient d’un cœur sincère et pieux.

Oui, nous sommes pour Dieu le parfum du Christ parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent, aux uns une odeur de mort donnant la mort, et aux autres une odeur de vie donnant la vie. Mais qui est à la hauteur d’une telle tâche ?. Nous ne falsifions pas la parole de Dieu comme font certains, car c’est avec sincérité et de la part de Dieu, que nous parlons au nom du Christ (2Corinthiens 2.16-17).

L’annonce de l’Évangile a des conséquences éternelles sur ceux qui l’entendent car il produit la vie ou la mort selon qu’on le reçoit ou le rejette. Cette proclamation sainte et redoutable incombe à tout croyant mais doit se faire avec humilité et crainte. Mais ce n’est pas le cas des faux apôtres judaïsants qui œuvrent parmi les Corinthiens pour dorer leur propre personne.

Je commence le chapitre 3.

Est-il nécessaire que je me présente à vous et que je fasse mes preuves, où avons-nous besoin de lettres de recommandation comme certains? Vous êtes notre lettre que tout le monde peut connaître, une lettre de Christ, écrite sur les cœurs par notre ministère avec l’Esprit du Dieu vivant. Nous possédons cette certitude devant Dieu par Jésus-Christ. Cela ne veut pas dire que nous pouvons nous considérer par nous-mêmes à la hauteur d’une telle tâche ; non, notre capacité vient de Dieu (2Corinthiens 3.1-5).

Les judaïsants adversaires de Paul se font recommandés auprès des Corinthiens par des lettres d’origine inconnues ou fausses. Mais l’apôtre n’a pas besoin d’un témoignage de seconde main car la vie transformée des Corinthiens prouve l’origine divine de son ministère. Cependant, Paul se hâte de faire remonter ses capacités à sa source, à Dieu.

Ce n’est pas nous mais Dieu qui nous a rendus capables d’être les serviteurs d’une nouvelle alliance qui ne dépend pas des commandements mais de l’Esprit. Car la Loi donne la mort mais l’Esprit donne la vie (2Corinthiens 3.5-6).

La loi de Moïse ordonne, accuse et condamne. Tel est son rôle. Même aujourd’hui sous le régime de la grâce, les traditions humaines et les rites sont comme la Loi; ils tuent.

Or, si la Loi gravée sur des pierres et qui donne la mort a été glorieuse, au point que (quand Moïse est descendu du mont Sinaï) les Israélites ne pouvaient regarder le visage de Moïse à cause de la gloire passagère qui rayonnait, combien plus glorieux est le ministère de l’Esprit qui déclare les hommes justes. La gloire passée et passagère de la Loi perd tout son éclat comparée à la gloire présente, éternelle et bien supérieure de l’Évangile (2Corinthiens 3.10-11).

L’alliance de la Loi est glorieuse parce qu’elle révèle le caractère et la justice de Dieu, cependant, elle exige une obéissance absolue ce dont aucun homme n’est capable. Le rayonnement temporaire du visage de Moïse est une image de l’Ancienne Alliance : glorieuse mais temporaire. La Nouvelle Alliance, par contre, est beaucoup plus glorieuse parce qu’elle est permanente et donne la vie éternelle à celui qui croit. Paul fait cette démonstration dans une intention polémique contre les judaïsants, mais en même temps, il nous donne une explication profonde sur le caractère des deux alliances.

Cette espérance nous remplit d’assurance (2Corinthiens 3.12).

L’espérance de la vie éternelle que prêche l’apôtre le remplit de courage malgré les difficultés sans nombre qui l’assaillent.

Nous ne faisons pas comme Moïse qui “ couvrait son visage d’un voile ” pour ne pas que les Israélites soient en extase devant cette gloire provisoire. Et aujourd’hui encore, quand ils lisent l’Ancien Testament, ce même voile couvre leur esprit et ils sont spirituellement aveugles car le voile ne disparaît que quand on se tourne vers le Seigneur Jésus-Christ par la foi (2Corinthiens 3.13-16).

Les Israélites sortis d’Égypte avaient tendance à se mettre à plat ventre devant tout ce qui frappe les regards. Moïse a caché le rayonnement de son visage pour ne pas qu’ils soient en adoration devant une gloire éphémère. La Nouvelle Alliance de la grâce n’a pas besoin d’un voile, parce que contrairement à l’Ancienne, elle ne disparaîtra jamais. Aujourd’hui encore, les Juifs ont l’esprit voilé car ils s’obstinent à voir en Moïse leur Maître et refusent de se tourner vers Jésus, l’accomplissement et la fin de la Loi.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires