Les études

16 juin 2022

#05 La foi et la promesse (Galates 3.13-26)

« Le juste vivra par la foi » est une citation du prophète Habacuc répétée trois fois dans le Nouveau Testament. La Loi est basée sur les actes et exige la perfection, mais plus on s’efforce de lui obéir et plus on se rend compte que c’est impossible. Et comme la Loi et la foi sont incompatibles, il faut choisir l’une ou l’autre.

Le Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi qui pesait sur nous en prenant la malédiction sur lui, car il est écrit : Maudit est quiconque pendu au bois (Galates 3.13).

Le mot « racheter » signifie délivrer par paiement d’une rançon. La mort expiatoire du Christ a payé la dette de mon péché, car sur la croix il a subi la condamnation de la Loi à ma place. C’est comme si l’épée de Damoclès qui était au-dessus de nos têtes était tombée sur lui.

En prenant la malédiction de la Loi sur lui, Jésus-Christ a permis à la bénédiction d’Abraham de s’étendre aux non-Juifs afin que nous recevions, par la foi, l’Esprit que Dieu avait promis (Galates 3.14).

En prenant sur lui le jugement de l’homme, Jésus a satisfait la justice de Dieu et permis à la bénédiction de Dieu sur Abraham de s’étendre à tout homme qui a la foi.

Lorsque quelqu’un rédige son testament en bonne et due forme, nul ne peut l’annuler ou le modifier. Or, Dieu a fait ses promesses à Abraham et à sa descendance, qui est Jésus-Christ (Galates 3.15-16).

Afin de parer aux objections des Juifs, Paul va montrer la supériorité de la promesse de Dieu à Abraham sur la loi de Moïse. Si les testaments humains ne peuvent être modifiés, à plus forte raison l’alliance de la grâce que l’Éternel a conclue avec Abraham est irrévocable. Dieu lui a donné en héritage le pays de Canaan, mais la Terre promise symbolise le monde entier.

L’alliance de la promesse conclue par Dieu ne peut pas être annulée par la Loi survenue plus tard. En effet, si l’héritage promis à Abraham dépendait de la Loi, elle supplanterait la promesse. Or, c’est par la promesse que Dieu a fait à Abraham ce don de sa grâce (Galates 3.17-18).

Une fois ratifiée par Dieu, l’alliance avec Abraham est devenue définitive, irrévocable et éternelle. C’est par grâce que cette alliance éternelle et inconditionnelle a été conclue. Elle repose sur l’Éternel seul qui est le Dieu qui ne ment pas et qui honore toujours sa parole. L’alliance de Dieu avec Abraham contient la promesse du salut gratuit. L’homme entre dans cette alliance par la foi. Oui mais si le salut est par grâce, fondé sur la promesse de Dieu et se reçoit par la foi, alors pourquoi la Loi ?

La Loi a été donnée plus tard pour mettre en évidence le péché de l’homme jusqu’à la venue de la descendance d’Abraham à qui la promesse a été faite. Elle a été promulguée par des anges au moyen d’un médiateur qui a servi d’intermédiaire entre plusieurs parties tandis que pour la promesse, Dieu seul est en cause (Galates 3.19-20).

La Loi est la norme de Dieu, un étalon mesure qui révèle le péché et qui le juge. Elle donne conscience à l’homme qu’il est un pécheur invétéré incapable de se sauver lui-même et qu’il a donc besoin d’un Sauveur. La loi était un arrangement provisoire entre Dieu et son peuple afin qu’ils puissent vivre ensemble jusqu’à la venue du Christ. La Loi émane de Dieu mais elle a été promulguée par des intermédiaires alors que c’est Dieu lui-même qui a fait la promesse à Abraham. L’Israélite qui obéissait à la Loi prouvait sa foi en l’Éternel, rien de plus.

La loi ne s’oppose pas aux promesses de Dieu, et si elle avait pu procurer la vie, alors nous pourrions devenir justes en obéissant à la Loi. Mais comme l’humanité baigne dans le péché, la promesse de la grâce de Dieu est accordée à tous ceux qui ont la foi en Jésus-Christ. Avant sa venue, nous étions enfermés sous le régime de la Loi (Galates 3.21-23).

La Loi est comme un geôlier qui condamne et emprisonne les pécheurs. La foi en Jésus-Christ est la planche de salut qui permet au croyant de sortir de la Loi, la prison des condamnés.

Ainsi, la Loi a été comme un précepteur chargé de nous conduire au Christ pour que nous soyons déclarés justes par la foi. Mais depuis l’annonce de la Bonne Nouvelle, les croyants ne sont plus soumis à ce tuteur. Maintenant, par la foi en Jésus-Christ, vous êtes tous fils de Dieu (Galates 3.24-26).

La Loi était comme un pédagogue qui, après avoir condamné les pécheurs, les oriente vers la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu en Jésus-Christ. Le Juif ou le non-Juif qui a placé sa foi et son espérance en Jésus est d’abord et avant tout un « fils de Dieu ».

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires