Les études

16 juin 2022

#06 Le nouvel édit (Esther 8.1-10.3)

Haman a été pendu sur le gibet qu’il avait préparé pour Mardochée et ce dernier devient le nouveau vizir à la place d’Haman.

Je commence le chapitre 8.

L’empereur donne tous les biens d’Haman à Esther. Ayant révélé sa parenté avec Mardochée, il est introduit auprès de l’empereur qui lui donne l’anneau repris à Haman.  Esther charge Mardochée de gérer les biens d’Haman puis supplie à nouveau le roi d’empêcher l’extermination des Juifs prévue par Haman, car dit-elle : comment pourrais-je supporter la disparition de mon peuple. L’empereur dit alors à la reine et à Mardochée : rédigez des lettres en faveur des Juifs et cachetez-les avec le sceau impérial. On convoque les secrétaires qui écrivent aux Juifs, aux gouverneurs et aux chefs de chaque peuple ce qu’ordonne Mardochée et on les expédie par des coursiers. Par ce décret, l’empereur autorise les Juifs à se défendre et à massacrer ceux qui les attaquent et à piller leurs biens. Cette autorisation est valable le treizième jour du douzième mois (le 7 mars 473 avant J-C) (Esther 8.1-10).

Le décret d’Haman a toujours force de loi, mais le second, rédigé deux mois et dix jours après le premier, est également envoyé aux Juifs pour qu’ils se préparent à se battre. Cependant, ils n’ont pas attaqué les gens paisibles.

Ce décret est publié dans tout l’empire et dans la ville de Suze. Mardochée était revêtu de l’habit impérial violet et blanc, il portait une couronne d’or et un manteau de pourpre. Partout où parvenait l’édit, les Juifs se réjouissaient car c’était un jour de gloire et de fête. Beaucoup d’habitants devinrent prosélytes car les Juifs leur inspiraient la crainte (Esther 8.13-16).

Mardochée porte la tenue de grand vizir. Les populations se réjouissent avec les Juifs sauf leurs ennemis qui provoqueront un bain de sang, mais ce sera le leur. En voyant le revirement providentiel des événements en faveur des Juifs, beaucoup d’habitants sont convaincus que leur Dieu est puissant et les protège, et deviennent prosélytes.

Je commence le chapitre 9.

Le treizième jour du douzième mois, les ennemis des Juifs espéraient les exterminer, mais ceux-ci se regroupent pour attaquer leurs ennemis qui ne peuvent leur résister. Les hauts fonctionnaires impériaux soutiennent les Juifs car ils craignent Mardochée qui occupe un haut rang et qui devient de plus en plus puissant (Esther 9.1-2).

Les deux décrets entrent en vigueur le même jour. Mais bénéficiant du soutien du pouvoir politique et de leur Dieu, les Juifs sont partout victorieux.

Les Juifs frappent tous leurs ennemis de l’épée. Dans Suse, ils tuent cinq cents hommes ainsi que les dix fils de Haman, mais ils s’abstiennent de tout pillage (Esther 9.5-10).

Les Juifs veulent seulement se défendre et non pas s’enrichir sur le dos de leurs ennemis.

L’empereur dit à Esther : dans Suze les Juifs ont tué cinq cents hommes et les fils d’Haman. Mais si tu as une autre requête, elle te sera accordée. Esther répond : que l’empereur accorde aux Juifs de Suse la permission d’agir demain comme aujourd’hui et que l’on pende les corps des fils de Haman. L’empereur donna l’ordre d’agir ainsi. Le lendemain, les Juifs de Suse se rassemblent et tuent encore trois cents hommes. Dans les provinces de l’empire, les Juifs tuent 75 000 de leurs ennemis mais ne pillent pas leurs biens. Le quatorzième jour fut un jour de festin et de réjouissances (Esther 9.11-17).

Les massacres ont duré deux jours dans Suse et un jour partout ailleurs. La requête d’Esther semble indiquer que dans Suze les ennemis des Juifs, n’étant pas tous éliminés le premier jour, ils présentaient encore un danger. La pendaison des cadavres des fils d’Haman est un signe de malédiction et sert aussi d’avertissement aux antisémites.

Mardochée consigna par écrit tous ces événements puis il envoie des lettres à tous les Juifs de l’empire en leur demandant de célébrer tous les ans leur victoire et parce que leur affliction s’était changée en joie. Il les invite à commémorer ces jours-là par des festins et des réjouissances, par des échanges de cadeaux et par des dons aux pauvres. Les Juifs suivirent les consignes de Mardochée (Esther 9.20-23).

Le texte mentionne qu’une seconde lettre signée d’Esther et de Mardochée est envoyée à tous les Juifs pour souligner l’aspect sérieux de la fête de Pourim, et effectivement, les Juifs la font précéder d’un jeûne appelé « jeûne d’Esther ». Cette fête se célèbre un mois avant la Pâque juive. Mais comme elle ne fait évidemment pas partie du canon de l’Ancien Testament, il a fallu du temps pour qu’elle devienne une institution annuelle. L’auteur termine le livre en disant que Xerxès éleva Mardochée au second rang de l’empire et qu’il fut très aimé de ses compatriotes. Mais ce qui mérite vraiment d’être noté est que tous les événements qui entourent Esther montrent que les grands de ce monde sont des marionnettes car c’est Dieu qui fait l’histoire.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires