Les études

04 avril 2022

#1 Introduction – Naissance de Moïse (Exode 1 .1 – 2.8)

Le mot « Exode » évoque des tas d’images négatives et c’est le titre d’un des livres de l’Ancien Testament qui explique comment le clan de Jacob, composé de 70 personnes, devint un peuple immense d’au moins trois millions de personnes. L’Exode est la continuation de la Genèse, et c’est Joseph qui fait le trait d’union entre ces deux livres écrits par Moïse, alors que le peuple est massé au pied du mont Sinaï.

Le film « Les Dix Commandements » situe l’Exode à la fin du 13e siècle avant Jésus-Christ sous Ramsès II. Mais il est plus probable que la sortie d’Égypte a eu lieu vers le début du 15e siècle (1491) sous Neferhotep I de la treizième dynastie.

L’Exode est un livre fondateur car il présente l’Alliance conclue par Dieu avec les descendants d’Abraham, ainsi que les bases du culte et du sacerdoce Israélite. Apparaît également Moïse, la figure clé de l’Ancienne Alliance car à la fois dirigeant, législateur, prophète et médiateur entre l’Éternel et Israël. Sa vie se divise en trois périodes de 40 ans. Il est d’abord choyé dans le palais royal, puis berger, et enfin le chef qui conduit le peuple de Dieu dans le pays promis.

L’Exode se compose de trois grandes parties : la libération des Hébreux de l’oppression égyptienne, l’Alliance conclue au mont Sinaï avec les Dix Commandements, et troisièmement, la fabrication du tabernacle et l’établissement du culte à l’Éternel.

L’Exode mêle histoire et législation et divers genres littéraires. Il enseigne la souveraineté de Dieu qui intervient dans le monde et qui n’est jamais pris de court par l’homme. Les miracles pour libérer Israël de l’esclavage manifestent sa toute-puissance et sa parfaite maîtrise de la nature et de toute circonstance, y compris l’entêtement du pharaon. Dieu montre aussi sa miséricorde et sa patience envers Israël malgré ses actes de rébellion répétés (Exode 34.6). Le livre de l’Exode ouvre sur l’explosion démographique du peuple hébreu qui correspond à la promesse de Dieu à Abraham (Genèse 46.3). Je commence sa lecture.

« Joseph mourut, ainsi que tous ses frères et leur génération. Les Israélites se multiplièrent considérablement et devinrent de plus en plus puissants … (Exode 1.1-7). Un nouveau pharaon vint au pouvoir en Égypte ; il ne connaissait pas Joseph. Il dit : Le peuple des Israélites est plus nombreux et plus puissant que nous. Il est temps d’aviser à son sujet… Alors on imposa aux Israélites des … travaux forcés … » (Exode 1.8-11).

Une nouvelle dynastie remplace la précédente et comme les Hébreux se multiplient à grande vitesse, les Égyptiens prennent peur. Cet esclavage a pour but de contrôler les naissances.

« Mais plus on les opprimait, plus ils avaient d’enfants … Alors ils les réduisirent à un dur esclavage … avec cruauté. Le roi donna cet ordre aux deux sages-femmes pour les Hébreux : Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux, … si c’est un garçon, mettez-le à mort, si c’est une fille, laissez-la vivre. Mais les sages-femmes révéraient Dieu et n’obéirent pas au pharaon. Dieu fit du bien aux sages-femmes et fit prospérer leurs familles. Le pharaon ordonna alors à tous ses sujets : jetez dans le fleuve tous les garçons nouveau-nés des Hébreux … ! » (Exode 1.12-23).

En allant contre la volonté du pharaon, les sages-femmes jouent leur vie mais ayant fait le bon choix, elles sont récompensées. Cependant, la situation du peuple hébreu va de mal en pis. Je commence à lire le chapitre 2.

« Un homme de la tribu de Lévi épousa une fille … Elle devint enceinte et donna le jour à un fils et le cacha pendant trois mois. Puis elle prit une corbeille, l’enduisit de bitume, y plaça le petit garçon puis déposa la corbeille dans les roseaux au bord du fleuve. La sœur de l’enfant se posta à quelque distance pour voir ce qu’il en adviendrait » (Exode 2.1-4).

Une histoire banale sauf qu’il conduit à la naissance du petit Moïse ! Devenu trop bruyant, c’est le cœur lourd que sa maman confectionne un radeau de fortune et l’abandonne au Nil. Myriam, la sœur de Moïse observe de loin la suite des événements.

« La fille du pharaon alla au fleuve pour se baigner … Elle aperçoit la corbeille et la fait chercher. Elle l’ouvre et voit le petit garçon qui pleurait. Elle a pitié de lui … Alors Miriam s’approcha : — Veux-tu que j’aille te chercher une nourrice parmi les Hébreux pour allaiter cet enfant ? Oui, va ! Miriam alla donc chercher la maman de l’enfant. La princesse lui dit : — Emmène cet enfant et allaite-le pour moi. Je te paierai un salaire. La femme prit l’enfant et l’allaita » (Exode 2.5-8).

Cette histoire est un vrai conte de fée. Le petit Moïse pleure et comme l’eau fait résonner ses cris, il se fait remarquer. Myriam, qui n’est qu’une enfant, peut s’approcher de la princesse sans éveiller de soupçon. Sa proposition particulièrement judicieuse tombe à pic car la princesse est perplexe et donc ouverte à toute suggestion. À la fin de la journée, Moïse est élevé par sa maman en toute sécurité et en plus elle touche un salaire.

 

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires