Les études

16 juin 2022

#10 Faites tout pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10.19-11.12)

Que penser des statues, images, reliques, amulettes ou lieux d’apparition surnaturelle, qui font l’objet d’une vénération religieuse ?

L’idole n’est pas un être réel mais quand on lui rend un culte, on adore un démon et non Dieu, et je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons. Vous ne pouvez pas célébrer la Cène et participer aux repas dans les temples idolâtres car vous provoquez la jalousie du Seigneur et vous subirez son châtiment. Tout est permis mais tout n’est pas vertueux. Que chacun de vous, au lieu de songer à son propre intérêt, cherche celui d’autrui. Mangez de tout ce qui se vend au marché en toute bonne conscience, car la terre et ses richesses sont au Seigneur. Si un non-croyant vous invite, mangez tout ce qu’on vous offre sans poser de question. Mais si on vous dit: ceci a été offert à une idole ! n’en mangez pas à cause des scrupules de celui qui vous a prévenu et pour ne pas vous faire critiquer pour un aliment. Pourquoi me faire juger à cause des scrupules d’un autre ou me faire critiquer pour un aliment ? Que ce soit le manger, le boire ou autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu et ne scandalisez personne. Faites comme moi car je m’efforce en tout de m’adapter à tous, et je ne cherche pas ce qui me plaît mais le salut du plus grand nombre. Imitez-moi comme moi-même j’imite le Christ (1Corinthiens 10.19-33 ; 11.1).

Il faut éviter le légalisme et le mépris d’autrui. Le croyant est libre de manger la viande d’un animal offert aux idoles car elle n’est pas contaminée mais s’il est en présence d’un frère qui risque d’être choqué, il doit s’en abstenir. C’est l’amour pour Dieu et les autres qui doit guider toutes nos actions. Mais celui qui offre un culte aux faux dieux ou aux morts, provoque la jalousie du Seigneur et son châtiment.

Je commence le chapitre 11.

Je vous félicite de vous souvenir de moi à tous égards et de garder les traditions telles que je vous les ai transmises. Je veux cependant vous rappeler que le Christ est le chef de tout homme, l’homme est le chef de la femme et Dieu est le chef de Christ (1Corinthiens 11.3).

Paul commence par un compliment puis il rappelle qu’il existe une hiérarchie dans l’univers. Au sein de la trinité, le Père est le chef du Fils, et sur terre le mari est le chef de famille.

Tout homme qui prie ou prophétise la tête couverte, déshonore son chef. Toute femme, au contraire, qui prie ou prophétise la tête découverte, déshonore son chef, et c’est comme si elle était rasée. Comme il est honteux pour une femme de ne pas être couverte, qu’elle se couvre. L’homme ne doit pas se couvrir la tête parce qu’il est l’image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme parce qu’elle a été tirée de l’homme et a été créée pour lui. Par ailleurs, à cause des anges, la femme doit porter sur la tête une marque de l’autorité de l’homme sur elle. Toutefois, si la femme a été tirée de l’homme, celui-ci, naît de la femme et tous deux doivent leur vie à Dieu (1Corinthiens 11.4-12).

À Corinthe, les hommes portent les cheveux courts, et par modestie les femmes honorables se couvrent la tête, mais certaines chrétiennes pensent que leur foi en Jésus-Christ leur donne les mêmes droits et rôles que les hommes. Elles vont donc à l’église la tête découverte, ce qui dans le contexte culturel de l’époque est scandaleux, parce que les prêtresses idolâtres et les prostituées sacrées ont les cheveux courts, et on rasait la tête des femmes adultères.

La femme devait porter un voile pour symboliser la soumission à son mari et protéger son honneur et sa dignité vis à vis des autres hommes. Les cheveux longs sont le voile naturel de la femme et l’honneur de son mari, mais en public à Corinthe elle doit aussi se couvrir la tête. Au culte, l’homme devait avoir la tête nue parce que Dieu lui a donné autorité sur la création, et se couvrir la tête équivaut à un renversement de rôles avec la femme.

C’est le mot « gloire » qui fait la distinction entre les rôles de l’homme et de la femme. La supériorité hiérarchique de l’homme vient de ce qu’il a été créé pour glorifier Dieu, tandis que la femme a été créée à partir du corps de l’homme et pour lui (Genèse 1.26 ; 2.15-24). L’homme doit donc trouver sa gloire et la joie de son cœur dans son épouse. Dans sa relation avec l’homme, la femme est dépendante, mais dans sa relation avec Dieu elle est indépendante et l’homme ne doit pas la regarder d’un air supérieur car il ne peut exister sans elle. L’homme et la femme ont des rôles différents mais sont égaux devant Dieu et interdépendants.

Les exhortations de Paul aux chrétiennes de Corinthe doivent aussi être respectées pour que les anges qui observent l’Église (Éphésiens 3:10 ; 1Pierre 1.12) y voient une différenciation claire des sexes et le respect de l’ordre de la création, des raisons de rendre gloire à Dieu.

Ce passage est propre à Corinthe, mais dans toutes les cultures, il faut respecter les différents rôles que Dieu attribue à l’homme et à la femme. Au final, ce qui importe n’est pas l’habit ou la coiffure, mais pourquoi on les porte et l’effet qu’ils produisent.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires