Les études

16 juin 2022

#11 Les Jour des Expiations (Lévitique 15.25-17.11)

Trois évangiles rapportent l’histoire de la femme atteinte d’une hémorragie qui fut instantanément guérie dès qu’elle toucha le vêtement de Jésus. Mais dans la Loi on lit :

« Si une femme a des pertes de sang en dehors de ses règles, elle sera impure tout le temps que durent ses pertes » (Lévitique 15.25).

Une telle femme guérie doit attendre une semaine, puis offrir deux oiseaux en sacrifice comme l’homme atteint de pertes séminales (Lévitique 15.30). Selon la Loi, il est interdit à toute personne impure de s’approcher du tabernacle sous peine de mort (Lévitique 15.31-33).

Nous arrivons au chapitre 16 qui décrit la célébration annuelle du Yom Kippour, jour le plus solennel du calendrier juif. En effet, malgré tous les sacrifices et purifications, il reste dans la vie du peuple et des prêtres, beaucoup de péchés qui ne sont pas couverts, qui demeurent donc sous le regard du Dieu saint et qu’il faut expier.

« Aaron prendra un jeune taureau pour le sacrifice pour le péché et un bélier pour l’holocauste. Après s’être lavé dans l’eau, il mettra ses vêtements sacrés. Les Israélites lui fourniront deux boucs pour le sacrifice pour le péché et un bélier pour l’holocauste » (Lévitique 16.3-5).

Comme cette cérémonie est très complexe, on est vite perdu, surtout que les étapes ne sont pas toujours donnés dans un ordre chronologique, je vais donc les résumer.

1° Le souverain sacrificateur se lave et s’habille dans la cour du tabernacle.

2° Il offre le taureau en sacrifice d’expiation pour lui et pour sa famille.

3° Il entre dans le Lieu très saint avec le sang du taureau, un vase rempli de poudre aromatique, et des braises prises sur l’autel des holocaustes.

4° Il asperge sept fois le propitiatoire, c’est-à-dire le couvercle du coffre sacré avec le sang.

5° Il retourne dans le parvis et tire au sort entre les deux boucs.

6° Il offre un bouc en sacrifice d’expiation pour le peuple.

7° Il retourne dans le Lieu très saint pour répandre le sang sur le propitiatoire et sur le Lieu saint, c’est-à-dire le sanctuaire, la partie principale du tabernacle.

8° Il retourne à l’autel des holocaustes qu’il purifie avec le sang du taureau et du bouc.

9° Le bouc vivant est chassé dans le désert par un prêtre assistant.

10° L’assistant se purifie, c’est-à-dire se baigne et lave ses vêtements.

11° Le grand-prêtre enlève les vêtements réservés au Yom Kippour, se baigne à nouveau et remet sa tenue sacerdotale ordinaire.

12° Il offre deux béliers en holocauste pour lui-même et pour le peuple.

13° Il brûle la graisse du sacrifice d’expiation.

14° Le taureau et le bouc des sacrifices d’expiation sont transportés à l’extérieur du camp pour être brûlés.

15° L’assistant qui les a brûlés se purifie comme précédemment.

Le grand-prêtre doit procéder à tous ces rites dans l’ordre et scrupuleusement s’il veut rester en vie. L’auteur de l’épître aux Hébreux écrit : « Selon la Loi, presque tout est purifié avec du sang, et il n’y a pas de pardon des péchés sans que du sang soit versé ». Mais il dit aussi : « il est impossible que du sang de taureaux et de boucs ôte les péchés. Le Christ est venu en tant que grand-prêtre. Il a offert, non le sang de boucs ou de veaux, mais son propre sang. Il nous a ainsi acquis un salut éternel (Hébreux 9.22 ;10.4 ; 9.12) ». On comprend pourquoi il fallait que Jésus meure. Je lis la suite du chapitre 16.

« Le dixième jour du septième mois vous humilierez vos âmes … car on accomplira le rite d’expiation pour vous afin de vous purifier de vos fautes » (Lévitique 16.29-30).

Le septième mois clôture les récoltes et les fêtes de l’année. C’est également le premier mois de l’année civile. L’ordre solennel « vous humilierez vos âmes » est un appel à la contrition et au jeûne ; il n’est donné que pour le Yom Kippour, Jour des expiations. Plus loin, on lit :

« Toute personne qui ne s’humiliera pas en ce jour-là sera exclue de son peuple. Et je ferai disparaître celui qui fera un travail quelconque ce jour-là » (Lévitique 23.29-30).

Nous arrivons au chapitre 17 qui revient sur l’importance du sang.

« L’Éternel s’adressa à Moïse : Parle à tous les Israélites : Vous amènerez les victimes au prêtre, à l’entrée de la tente de la Rencontre, pour l’Éternel, et vous les offrirez en sacrifice de communion. Vous n’offrirez plus des sacrifices aux idoles en forme de bouc avec lesquelles on se prostitue » (Lévitique 17.3-7).

Cette nouvelle formule ; « Parle à tous les Israélites » n’est utilisée que deux autres fois (21.24 ; 22.18). Le seul abattoir autorisé est l’entrée du tabernacle. Les graisses sont alors brûlées sur l’autel en l’honneur de l’Éternel et le sang de l’animal versé à son pied. Dieu veut que son peuple soit reconnaissant pour la viande qu’il lui donne, et surtout qu’il cesse d’adorer les satyres, une idole ramenée d’Égypte.

« Si quelqu’un n’amène pas la victime à l’entrée de la tente de la Rencontre, il sera retranché du peuple. Celui qui consommera du sang sera retranché du peuple car le sang, c’est l’âme de toute créature, et je vous l’ai donné afin qu’il serve d’expiation pour votre vie » (Lévitique 17.8-11).

Le sang de l’animal a valeur expiatoire pour les péchés. Dieu l’a réservé pour un but beaucoup plus noble que l’alimentation. Il est non pour la table, mais pour l’autel où il sert de « couverture » pour les âmes chargées de fautes.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires