Les études

05 avril 2022

#13 Je me confie en l’Éternel

Dans le Psaume 31, David prie instamment pour que Dieu le délivre du roi Saül qui le poursuit inlassablement.

Je me confie en l’Éternel. Par ta bonté je serai dans l’allégresse et dans la joie car tu as vu ma détresse. Tu ne m’abandonneras pas mais tu me délivreras. Aie pitié de moi, Éternel, car je suis dans la détresse. Le chagrin me ronge, je dépéris et les forces m’abandonnent à cause de mes fautes (Psaume 31.7-11).

Tandis qu’il prie, la foi de David s’affermit. Mais en repensant à sa triste situation et à ses fautes, il replonge. Même si souvent il se dit juste, c’est très relatif car il se sait pécheur.

Mes ennemis se moquent de moi. Je suis la honte de mes voisins et je fais peur à mes amis. On m’évite comme la peste et on m’a rayé des mémoires. Je suis comme mort, un rejet. On dit du mal de moi et mes ennemis complotent pour m’ôter la vie (Psaume 31.12-14).

La croix précède la couronne. David fut un grand roi mais il a dû subir des épreuves terribles.

Mais moi, ô Éternel, je me confie en toi. Je dis : “ tu es mon Dieu ! ” Mes destinées sont dans ta main. Délivre-moi de ceux qui me persécutent. Révèle-toi à moi et sauve-moi dans ta grâce ! (Psaume 31.15-17).

Ayant épanché son cœur, David peut à nouveau se confier en l’Éternel.

Que je ne sois pas déçu quand je t’invoque, mais que les méchants et ces menteurs qui me calomnient soient honteux et réduits au silence ! (Psaume 31.18-19).

Cette imprécation est justifiée parce que les ennemis de David sont aussi ceux de Dieu.

Combien est grande la bonté que tu tiens en réserve pour ceux qui te vénèrent, et que tu répands sur ceux qui cherchent en toi leur refuge. Tu les protèges contre ceux qui les persécutent et contre les langues médisantes. Loué soit l’Éternel car il m’a témoigné sa grâce. Désemparé, je me disais : “ je suis chassé loin de ton regard, mais tu as entendu mes supplications quand je t’ai appelé à l’aide. Vous qui êtes fidèles, aimez l’Éternel car il vous garde, mais il punit les arrogants. Soyez forts et prenez courage vous qui espérez en l’Éternel (Psaume 31.20-25).

L’Éternel a toujours répondu aux cris de détresse de David et sa foi triomphante lui fait souvent terminer ses cantiques par une exhortation adressée à son peuple car il est son berger.

Le Psaume 32 est appelé « psaume de pénitence », alors qu’en réalité, c’est plutôt une action de grâces pour avoir été pardonné. Bien que David ait été tourmenté pendant un an par l’adultère et le meurtre qu’il avait commis, ce n’est qu’après être repris par un prophète qu’il accepte enfin de dire à Dieu : « J’ai péché » (2Samuel 12.13).

Heureux celui dont la faute est ôtée et le péché pardonné ! Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité et qui est exempt d’hypocrisie! (Psaume 32.1 ; cp Romains 4.7-8).

David fait éclater sa joie parce que son péché est, littéralement, « couvert », c’est-à-dire que Dieu ne le voit plus. Ses fautes ne sont plus à sa charge, cependant, elles n’ont pas simplement disparu. En effet, par anticipation, elles sont sur le dos du Christ ; c’est lui qui les a portées.

Tant que je taisais ma faute, je m’épuisais à gémir. Ta main s’appesantissait sur moi nuit et jour, et ma vigueur n’était plus que sécheresse. Pause. Je n’ai plus caché mes péchés mais te les ai avouées. Alors tu m’as déchargé du poids de ma faute. Pause (Psaume 32.3-5).

La première pause musicale permet de méditer sur la douleur profonde et persistante que ressent celui qui est accusé et rongé par sa conscience parce qu’il refuse de reconnaître devant Dieu ses péchés. Mais une fois avoués, David fut libéré et Dieu les a couverts afin de ne plus les voir. La seconde pause donne le temps de méditer sur le bonheur de celui qui est pardonné.

Que tout homme pieux te prie ainsi et le jugement de Dieu ne l’atteindra pas. Tu es un abri qui me gardes du danger et je fais retentir mes chants de délivrance.  Pause. Tu as dit : Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre, je te conseillerai et j’aurai le regard sur toi (Psaume 32.7-8).

Maintenant que sa communion avec l’Éternel est rétablie, David peut à nouveau se réfugier en Dieu et sa conscience a retrouvé sa sensibilité pour discerner la volonté de Dieu.

Ne soyez pas stupides comme un cheval qu’il faut brider pour qu’il obéisse. De nombreux tourments attendent les impies mais celui qui se confie en l’Éternel est environné de sa grâce. Vous qui êtes droits de cœur, réjouissez-vous en l’Éternel ! (Psaume 32.9-11).

Dieu a dû utiliser la manière forte avec David parce qu’il avait commis des crimes graves et refusait de les confesser. Il nous exhorte à ne pas faire la même expérience douloureuse que lui, mais d’avoir le cœur tendre envers Dieu, car celui qui conduit sa vie selon sa volonté, évite bien des tourments.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires