Les études

30 mars 2022

#13 La vision de Daniel de quatre bêtes (Daniel 6.24-7.7)

Daniel aurait pu répondre : Merci de t’enquérir, mais j’ai passé une très bonne nuit, adossé à un lion. L’Ange est la pré-incarnation de Jésus-Christ. Il avait déjà tenu compagnie aux trois amis dans la fournaise ardente.

Alors le roi éprouva une grande joie et ordonna de hisser Daniel hors de la fosse. On ne trouva sur lui aucune blessure parce qu’il avait eu confiance en son Dieu (Daniel 6.24-27 ; Hébreux 11.33-38).

Le roi pousse un immense soupir de soulagement ; la chape de plomb qui pesait sur lui s’est volatilisée. Les lions n’ont pas prêté attention à Daniel et sont donc restés sur leur faim. Les conjurés ont perdu la partie.

Là-dessus, le roi ordonna de jeter les accusateurs de Daniel dans la fosse aux lions avec leurs femmes et enfants, et avant même qu’ils n’atteignent le fond de la fosse, ils furent déchirés par les lions (Daniel 6.25).

Darius se venge. C’était l’usage de mettre à mort un condamné et toute sa famille afin d’éviter une vendetta.

Alors le roi Darius écrivit à tous les peuples de son empire : Que votre paix soit grande ! Je décrète que, dans tout mon royaume, on ait une crainte respectueuse devant le Dieu de Daniel, car il est le Dieu vivant qui subsiste éternellement, son règne ne sera jamais détruit, il délivre et il sauve, et il accomplit des signes extraordinaires dans le ciel et sur terre, car il a arraché Daniel à la griffe des lions. Daniel prospéra sous le règne de Darius et sous celui de Cyrus le Perse (Daniel 6.26-29).

L’adoration n’est plus due à Darius mais à l’Éternel. Ce volte face religieux complet et ce décret rappellent celui de Nabuchodonosor. Il sous-entend aussi que les dieux des Mèdes et des Perses sont sans réel intérêt. Daniel est d’abord au service de son Dieu, et ensuite du potentat de service quel qu’il soit.

Au cours de la première année du règne de Balthazar (553 ou 552), sur son lit, Daniel eut des visions qu’il consigna par écrit. En voici le récit. Je regardais et je vis que les quatre vents du ciel agitaient la grande mer (Méditerranée). Quatre bêtes énormes et différentes surgirent de la mer. (Daniel 7.1-3 ; cp Apocalypse 17.1, 15).

La prophétie du chapitre 7 est similaire à celle de la statue du chapitre deux. A partir d’ici, Daniel parle à la première personne car il raconte ses visions. Elles concernent le monde méditerranéen et ont eu lieu 15 ans avant l’incident de la fosse aux lions. Les vents sont des esprits célestes et la mer représente la masse de l’humanité en révolte contre Dieu. Ses soubresauts produisent quatre monstres qui correspondent à quatre empires et aux quatre parties métalliques de la statue.

La première bête ressemblait à un lion avec des ailes d’aigle. Tandis que je la regardais, ses ailes lui furent arrachées, elle fut soulevée de terre et dressée sur ses pieds et un cœur humain lui fut donné (Daniel 7.3-4).

Ce premier monstre est un assemblage hybride qui correspond à Babylone. Le lion est le roi des animaux et tout comme l’aigle il est puissant. D’énormes sculptures de lions ailés décoraient l’entrée des palais des rois babyloniens et les prophètes le comparent à un lion et à un aigle (Jérémie 4.7, 13 ; 50.17 ; Ezéchiel 17.3, 12). L’armée de Nabuchodonosor écrase l’Égypte, l’Assyrie et conquiert la Palestine. Ce roi se prend pour le maître du monde, mais après son humiliation, il est guéri de sa folie des grandeurs et c’est un homme transformé.

Puis je vis surgir une deuxième bête ressemblant à un ours. Dressée sur un côté, elle tenait trois côtes dans sa gueule. J’entendis qu’on lui disait : “ Debout, fonce et mange beaucoup de chair ! ” (Daniel 7.5).

L’ours est un animal puissant mais lent comparé au monstre précédent. Il est équivalent à la poitrine et aux bras d’argent de la statue et représente les Mèdes et les Perses. Leur empire est plus étendu que celui de Babylone, mais son armée innombrable est moins agile. L’ours a la patte levée correspond au bélier du chapitre 8 (v3) qui a une corne plus haute que l’autre. Ces deux images signifient que l’un des deux alliés, la Perse, a la prépondérance sur l’autre. Les trois côtes de l’animal représentent la direction des conquêtes: l’ouest, le nord et le sud.  La chair est une image des vastes territoires et richesses dont ce second empire s’est emparé.

Après cela, je vis un autre animal qui ressemblait à un léopard, avec quatre ailes sur le dos et quatre têtes. Le pouvoir lui fut donné (Daniel 7.6).

Ce fauve correspond au ventre et aux hanches de la statue de Nabuchodonosor et représente la Grèce. Le léopard est un animal rapide qui fait de très grandes envolées. Alors avec des ailes, il se déplacera à une vitesse vertigineuse. Effectivement, en l’espace de quatre ans (334-330), Alexandre le Grand conquiert l’empire perse dont l’Égypte où il fonde Alexandrie. Puis il va jusqu’en Inde. En huit ans, son armée parcourt 18 000 km. Alexandre crée une monnaie unique et impose la langue grecque. Mais après sa mort soudaine, ses quatre généraux se partagent l’empire et établissent quatre royaumes représentés par les quatre têtes. Les deux généraux qui contrôlent l’Égypte et la Syrie, sont constamment en guerre car tous deux veulent la Palestine.

Ensuite, je vis surgir une quatrième bête, terrifiante et d’une force extraordinaire. Elle avait d’énormes dents de fer qui dévoraient et déchiquetaient ses victimes, puis elle piétinait ce qui en restait. Elle était bien différente des bêtes qui l’avaient précédée et elle possédait dix cornes (Daniel 7.7 ; cp Daniel 2.40 ; Apocalypse 13.1).

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires