Les études

16 juin 2022

#13 Le prophète Michée annonce la mort d’Achab (1 Rois 22.13 – 2 Rois 1.12)

Les 400 prophètes de cour d’Achab sont toujours d’accord avec lui vu qu’il les entretient. Mais le roi de Juda veut consulter un authentique prophète de l’Éternel.

Le messager va chercher Michée et lui dit : tous les prophètes prédisent du bien au roi. Tu feras bien de parler comme eux ! Il répond : je dirai ce que l’Éternel me dira. Il arrive devant le roi qui lui demande : devons-nous attaquer Ramoth ou y renoncer ? Mais bien sûr, vas-y, l’Éternel te livrera la ville ! Mais Achab répond : combien de fois faudra-t-il que je t’adjure de me dire la vérité ? Alors Michée déclare : j’ai vu tous les Israélites disséminés sur les montagnes et l’Éternel a dit : Ces gens n’ont plus de souverain. Que chacun d’eux retourne chez lui ! (1Rois 22.13-17).

Le conseil du chambellan a pour but d’aider Michée à sortir de prison mais il ne comprend pas le sérieux de la charge prophétique. Achab lui, comprend que Michée est d’abord ironique car en vérité, les Israélites fuiront et perdront leur roi.

Michée continue : j’ai vu l’Éternel qui a demandé : qui trompera Achab pour qu’il attaque Ramoth et meurt ? ” un esprit dit : “ Moi, j’inspirerai des mensonges à ses prophètes. ” Michée conclut : c’est ce qui est arrivé car l’Éternel a résolu ta perte (1Rois 22.18-23).

Dieu utilise l’esprit de mensonge pour conduire à leur ruine ceux qui ferment leur cœur à l’Esprit de vérité. C’est ici son dernier effort pour sauver Achab.

Alors le roi ordonne : jette Michée en prison jusqu’à ce que je revienne sain et sauf. Puis Achab et Josaphat partent en guerre. Achab lui dit : je vais me déguiser mais toi, garde tes habits royaux. Le roi de Syrie avait ordonné : vous concentrerez votre attaque sur le roi d’Israël uniquement (1Rois 22.26-31).

C’est par pur orgueil que Josaphat accompagne Achab, et quand ce dernier dit vouloir se déguiser, Josaphat a dû avoir des sueurs froides. On voit que Michée leur a fait peur.

Quand les Syriens aperçoivent Josaphat, ils croient que c’est le roi d’Israël et l’attaquent. Mais à son cri, ils se rendent compte que ce n’est pas Achab et se détournent. Mais une flèche tirée au hasard par un Syrien atteint le roi d’Israël à la jointure de sa cuirasse. Alors il crie au cocher de son char : conduis-moi hors du champ de bataille car je suis blessé. Mais le combat est si rude que le cocher ne peut pas faire demi-tour. Finalement, ayant perdu tout son sang dans son char, Achab meurt dans la soirée. Puis on entend le cri : sauve qui peut ! et chacun retourne chez lui. On enterra le roi et quand on a lavé son char au lavoir de Samarie où se baignent les prostituées, les chiens ont lapé son sang comme l’Éternel l’avait annoncé (1Rois 22.22-38).

Quand Josaphat a crié : « hommes de Juda, à votre roi ! », les Syriens ont compris qu’il n’est pas Achab. Mais Dieu frappe mortellement Achab à l’estomac, puis son sang abreuve des chiens. Ignoble fin d’une ignoble vie !

Josaphat devient roi de Juda à trente-cinq ans et règne vingt-cinq ans. Tout comme son père, il fait ce qui est juste et débarrasse le pays des derniers hommes prostitués. Cependant, le peuple offre encore des sacrifices et des parfums sur les collines. La dix-septième année de Josaphat, Ahazia, fils d’Achab, devient roi sur Israël. Il règne deux ans, fait le mal comme son père, et se prosterne devant Baal (1Rois 22.41-53).

Josaphat est un bon roi, mais selon la Loi on ne doit pas adorer Dieu ailleurs que dans le temple. Tel père tel fils ! L’introduction d’Ahazia qui est tout aussi mauvais qu’Achab clôt le premier livre des Rois. Le second est caractérisé par une longue liste des revers du peuple infidèle qui va d’échec en échec jusqu’à la ruine d’abord du royaume des dix tribus et ensuite de Juda.

Je commence le premier chapitre.

Après la mort d’Achab, les Moabites se révoltent contre Israël nord. Puis le roi Ahazia tombe de la fenêtre de sa chambre et se blesse grièvement. Il envoie des messagers consulter Baal-Zeboub, pour savoir s’il guérira (2Rois 1.1-2).

Les Moabites profitent de la défaite d’Israël par les Syriens pour retrouver leur indépendance. Au lieu de solliciter l’Éternel, Ahazia consulte une idole appelée « le maître des mouches » à qui on attribue alors un pouvoir de guérison, comme à certains saints aujourd’hui. Les Juifs ont changé la dernière lettre de l’idole Baal-Zeboub en Béelzébul qui signifie « dieu du fumier » et qui est devenu le nom du diable. Toutes les variétés de Baal représentent le soleil sous divers aspects. Baal correspond au dieu Jupiter en Grèce et à Rome.

L’ange de l’Éternel dit à Élie : va à la rencontre des messagers d’Ahazia et demande-leur : “ N’y a-t-il pas de Dieu en Israël pour que vous alliez consulter Baal-Zeboub ? Voici donc ce que déclare l’Éternel à votre roi : tu ne quitteras pas ton lit et tu mourras. ” Alors, le roi envoie un officier et cinquante hommes pour qu’ils ramènent Élie. L’officier lui dit : homme de Dieu, le roi t’ordonne de venir. Élie répond : si je suis un homme de Dieu, que le feu tombe du ciel et vous foudroie ! Aussitôt, la foudre tombe et les consume tous. Ahazia envoie une autre troupe et pareillement, la foudre les consume tous (2Rois 1.12).

En voulant capturer Élie, la troupe s’attaque à l’Éternel lui-même ; une très mauvaise idée.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires