Les études

30 mars 2022

#14 La quatrième bête (Daniel 7.7-20)

Alors que les trois premières bêtes font penser à des animaux qui existent, ce dernier monstre est tellement hors nature que Daniel n’essaie pas de le décrire. On le retrouve dans la vision de l’apôtre Jean qui dit aussi qu’il possède dix cornes. Ce monstre féroce d’une formidable puissance de destruction représente l’empire romain, décrit par les jambes en fer, et les pieds en fer et en argile de la statue de Nabuchodonosor. L’empire romain atteint son zénith sous César Auguste et possède alors des frontières en Orient et en Occident. Sous les coups des invasions barbares, l’empire s’est disloqué en une multitude de nations mais n’a pas disparu.

Alors que j’observais les dix cornes, du milieu d’elles surgit une plus petite corne et trois des premières cornes furent arrachées. Cette nouvelle corne avait des yeux humains et une bouche qui parlait avec arrogance (Daniel 7.7-8 ; cp 2Thessaloniciens 2.3-4, 9).

Cette petite corne est l’Antichrist. Ses yeux représentent la ruse et l’ingéniosité car il sera diablement intelligent. Il le sait et son orgueil est démesuré. Ce nouveau césar possédera un pouvoir dictatorial sur un ensemble d’états alliés représenté par les sept cornes restantes. Mais l’alliance sera très fragile, ce que prophétise le mélange de fer et d’argile des dix orteils de la statue. Après sept ans de règne de l’Antichrist aura lieu le retour en gloire du Messie qui établira son royaume de mille ans, un règne de justice et de paix.

Je regardai encore et je vis qu’on installait des trônes. L’ancien des jours prit place sur l’un d’eux. Son vêtement était blanc comme de la neige et ses cheveux étaient comme la laine pure. Son trône embrasé de flammes de feu avait des roues de feu ardent. Un fleuve de feu jaillissait et coulait devant lui. Mille milliers le servaient et une myriade de myriades était debout devant lui. La cour de justice prit place et l’on ouvrit des livres (Daniel 7.9-10 ; Ezéchiel 1 ; 10.12-13 ; Marc 9.3 ; Apocalypse 1.14).

Daniel voit maintenant un tribunal où le feu signifie un jugement qui va être prononcé contre la quatrième bête et contre l’Antichrist. Le tribunal est présidé par l’Éternel. Les juges sont des croyants et les multitudes sont des anges. Les livres ouverts contiennent toutes les actions et pensées des hommes de tous les temps.

Alors que je regardais et que la petite corne prononçait des paroles hautaines, la bête fut tuée et son corps livré au feu. Quant au reste des bêtes, on leur enleva leur pouvoir mais on leur accorda une prolongation de vie jusqu’à un temps et un moment fixés (Daniel 7.11-12).

Daniel revient sur la disparition des trois empires qui ont précédé Rome. Après avoir épuisé le temps qui leur avait été assigné, ils ont disparu en tant qu’entité politique et militaire, mais les peuples conquis ont été intégrés à l’empire suivant tout en conservant leur identité jusque dans l’empire romain reconstitué qui est la quatrième bête. Alors que le tribunal est en session et que la petite corne est arrogante envers l’Éternel, son jugement est prononcé et la sentence exécutée. Avec elle disparaît toutes les puissances terrestres. C’est la fin du « temps des nations » (Luc 21.24, 27) et le début du règne du Messie sur terre.

Dans mes visions nocturnes, je vis venir sur les nuées du ciel quelqu’un semblable à un fils d’homme. Il s’avança jusqu’au vieillard âgé de nombreux jours (Daniel 7.13 ; cp Matthieu 16.27 ; 19.28 ; 26.64 ; etc.).

Ce nouveau personnage qui vient du ciel n’a pas un aspect angélique car c’est Jésus le « fils de l’homme ». Alors que, par leur brutalité, les quatre bêtes représentent la tyrannie des puissances terrestres, la figure humaine de Jésus révèle l’esprit de liberté et d’amour qui prévaudra sous son règne.

On lui donna la souveraineté, la gloire et la royauté, et tous les peuples, toutes les nations, les hommes de toutes les langues lui apportèrent leurs hommages. Sa souveraineté est éternelle, elle ne passera jamais, et son royaume ne sera jamais détruit (Daniel 7.14 ; cp Marc 14.61-62 ; Luc 1.33 ; Psaume 110.1 ; Éphésiens 1.20, 21).

L’Éternel l’invite à s’asseoir à sa droite afin de l’installer dans sa charge de souverain et de juge de toute la terre. Le pouvoir et la gloire qui avaient été prêtés pour un temps aux quatre empires, appartiennent désormais au Messie pour toujours, que ce soit dans sa phase terrestre de mille ans ou dans le royaume éternel de Dieu.

Moi, Daniel, je fus profondément angoissé par mes visions. Je m’approchai de l’un de ceux qui se tenaient là debout pour lui demander ce que signifiait tout ce que j’avais vu. Il me répondit : ces quatre bêtes énormes sont quatre rois qui apparaîtront sur la terre. Mais le royaume sera donné au peuple saint du Très-Haut et ils le posséderont éternellement (Daniel 7.15-18).

Le peuple saint représente tous les croyants et ils régneront éternellement.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires