Les études

04 avril 2022

#14 Les dix commandements (1ère fois) (Exode 19.9-20.13)

La Loi que l’Éternel va donner à son peuple est une nouvelle façon d’administrer l’homme, un nouveau régime qui a duré jusqu’à ce qu’il soit aboli par Jésus après qu’il ait obéi à toutes ses exigences et assumé ses conséquences en subissant le jugement pour ceux qui reconnaissent avoir transgressé la loi de Dieu.

« L’Éternel dit à Moïse : Je te parlerai du sein de la nuée pour que le peuple entende et qu’il te fasse confiance. Demande au peuple d’accomplir aujourd’hui et demain des rites de purification et de laver leurs vêtements » (Exode 19.9-10).

Ces rites ont pour but d’enseigner aux Israélites que pour s’approcher de l’Éternel, ils doivent se purifier de façon à ce que leurs fautes ne paraissent pas devant Dieu.

« Après-demain, je descendrai sur le mont Sinaï. Tu leur diras : “ Quiconque s’approchera de cette montagne sera puni de mort. Ce n’est que lorsque la corne du bélier sonnera que certains pourront monter”… » (Exode 19.11-13).

Ces menaces enseignent la sainteté de Dieu qui, soit dit en passant, est son principal attribut.

« Le surlendemain au lever du jour, il y eut des coups de tonnerre et des éclairs, une épaisse nuée couvrit la montagne et une corne puissante retentit. Les Israélites se mirent à trembler de peur. Moïse les fit sortir du camp et il se tinrent au pied du mont Sinaï qui était enveloppé de fumée parce que l’Éternel était descendu au milieu du feu. La montagne était secouée d’un violent tremblement de terre. Le son du cor allait en s’amplifiant énormément. Moïse parlait et Dieu lui répondait dans le tonnerre » (Exode 19.16-19).

Ce spectacle son et lumière terrifiant accompagne souvent les manifestations de l’Éternel. L’auteur de l’épître aux Hébreux ajoute qu’il y avait « de sombres nuées, des ténèbres et un ouragan » et que Moïse était « épouvanté et tout tremblant » (Hébreux 12.18-21 ; 10.19).

« Moïse monta sur le mont Sinaï et l’Éternel lui dit :  Redescends et remonte avec Aaron, mais que nul ne se précipite pour monter » (Exode 19.20-25).

La Loi pure et dure est l’étalon de mesure morale universelle. Elle affirme la sainte volonté de Dieu et exige la perfection absolue. La Loi ne se nourrit pas de bonnes intentions et les Commandements ne sont pas des suggestions mais des ordres qui exigent une obéissance stricte en tout temps. Face à la Loi nous sentons tous le purin. Dans son épître, Jacques écrit :

« Celui qui désobéit à un seul commandement de la Loi, même s’il obéit à tous les autres, se rend coupable à l’égard de toute la Loi » (Jacques 2.10).

« Alors Dieu prononça toutes ces paroles : Je suis l’Éternel ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Égypte. Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi. Tu ne te feras pas d’idole ni d’image de ce qui est dans le ciel, sur la terre, ou dans les eaux. Tu ne te prosterneras pas devant elles et tu ne leur rendras pas de culte car je suis un Dieu jaloux qui ne tolère aucun rival. Je punis jusqu’à la 3e, voire la 4e génération ceux qui me haïssent. Mais j’agis avec amour jusqu’à la millième génération envers ceux qui m’aiment » (Exode 20.1-6).

Le traité d’alliance débute par le préambule – le suzerain se présente : « Je suis l’Éternel ton Dieu ». Puis vient le prologue historique – la bonne action envers le vassal : « qui t’ai fait sortir d’Égypte ». Ensuite on a les stipulations de l’Alliance qui sont les Dix Commandements.

Dans les deux premiers, l’Éternel condamne le polythéisme et l’idolâtrie. Il exige l’exclusivité et il ne veut pas être représenté de quelque manière que ce soit.

« Tu ne prendras pas le nom de ton Dieu à tort car l’Éternel punit celui qui utilise son nom à tort » (Exode 20.5-7).

La connaissance du nom du seul vrai Dieu est pour l’adorer, bénir, parfois prêter serment, et non pas pour maudire ou l’utiliser à la légère car même une simple apostrophe comme « Mon Dieu » ou « doux Jésus » c’est prendre le nom du Seigneur en vain. Alors, celui qui jure comme un charretier et blasphème, entasse des charbons ardents sur sa tête. Jésus a dit :

« Au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine » (Matthieu 12.36).

« Observe le sabbat. Tu travailleras six jours, mais le septième est le jour du repos consacré à l’Éternel, ton Dieu ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni quiconque dans ta maison ; car en six jours, l’Éternel a fait le ciel et la terre, mais le septième jour il s’est reposé » (Exode 20.8-11).

À l’exemple de Dieu, les Hébreux doivent se reposer le 7e jour. Ce 4e Commandement évite à l’homme d’être englouti par son activité car sa raison d’être est de servir Dieu et non le travail.

« Honore ton père et ta mère afin de jouir d’une longue vie dans le pays que l’Éternel ton Dieu te donne » (Exode 20.12).

Alors que les quatre premiers commandements concernent la relation de l’homme envers Dieu, les six suivants, du 5e au 10e, sont plutôt destinés à gérer les relations humaines. Tant qu’il est sous leur toit, l’enfant doit obéir à ses parents, et les respecter et les aider si besoin est, toute sa vie.

« Tu ne commettras pas de meurtre » (Exode 20.13).

Il s’agit d’un « homicide criminel ». Il n’est pas dit : « Tu ne tueras pas ». Ce commandement est sans rapport avec la guerre ou la peine capitale.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires