Les études

05 avril 2022

#16 David, accablé par la maladie et le péché

Le Psaume 38 est l’un des cinq Psaumes composés par David (6, 38, 51 et 32) alors qu’il est très malade, ce qui est un châtiment de Dieu à cause de ses péchés. Torturé par la douleur, fiévreux et morbide, David décrit les conséquences de ses fautes.

Éternel, dans ta colère, ne me châtie pas. Tout mon corps est douloureux à cause de mon péché. Mes plaies infectées suppurent à cause de ma folie. Accablé, je me traîne tout le jour, je sens un feu dans mes reins, je suis à bout, écrasé et je gémis. Ma plaie écarte mes proches. Des assassins me tendent des pièges. Ils disent des méchancetés. Moi je fais le sourd et je reste muet. Éternel, c’est en toi que j’espère ; tu répondras, Seigneur, Mon Dieu. Oui, je reconnais ma faute, mon péché m’angoisse. Ô mon Dieu, ne te tiens pas loin de moi ! Viens en hâte à mon secours, toi mon Seigneur et mon Sauveur ! En toi, Éternel, est tout mon espoir. Tu me répondras, ô Seigneur, mon Dieu (Psaume 38.1-22).

La supplication de David est d’une intensité surprenante. Il est vrai que sa souffrance, tant morale que physique, est intense. Non seulement on le fuit, mais ses ennemis veulent profiter de sa faiblesse pour le supprimer. Cependant, lui, croit que l’Éternel interviendra en sa faveur.

Le Psaume 39 est similaire au Psaume 38 car tous deux furent composés par David à cause d’une maladie grave. Le Psaume 39 est souvent lu pour des funérailles.

J’avais décidé de veiller sur mes paroles pour ne pas pécher. Je suis resté muet mais ma douleur n’en était pas moins vive. Mon cœur brûlait en moi, alors j’ai fini par parler : Ô Éternel, fais-moi savoir quel est le nombre de mes jours afin que je sache à quel point ma vie est éphémère car tout homme n’est qu’un souffle. Pause. Il passe comme une ombre. Son agitation, c’est du vent, et ce qu’il amasse, qui le recueillera ? Seigneur, que puis-je espérer ? Mon espérance est en toi (Psaume 39.1-7).

À cause de sa souffrance, David n’a plus goût à rien et elle l’isole de ses proches. Mais il se confie en Dieu car il veut savoir ce qui est important dans la vie au regard de l’éternité. La pause permet de penser à la précarité de l’existence et à Dieu qui, seul, donne un sens à la vie.

De tous mes péchés, sauve-moi ! Je ne dirai rien et te laisserai agir. Détourne de moi ton courroux et tes coups, car ton châtiment me tue. Tu punis l’homme pour ses péchés et tu détruis ce qu’il a de plus cher. Tout homme n’est qu’un souffle. Pause (Psaume 39.9-12).

David se soumet au châtiment qu’il reconnaît mériter mais il ne veut pas mourir. La pause musicale donne à chacun l’occasion de réfléchir sur sa propre condition.

Ô Éternel, écoute ma prière et vois mes larmes ! Car je ne suis qu’un étranger chez toi. Détourne de moi ta colère avant que je parte pour toujours ! (Psaume 39.13).

David dit avec justesse qu’il n’est qu’un pèlerin de passage, que sa vie dépend uniquement du bon vouloir de Dieu, et qu’il ne possède que ce qu’il veut bien lui accorder.

Le Psaume 40 commence par une action de grâces, suivie d’un appel au secours, car quand Paul pourchassait David, à peine échappait-il à la mort qu’un nouveau péril surgissait.

J’ai mis tout mon espoir en l’Éternel, il a entendu ma supplication et m’a délivré. Il a mis dans ma bouche un hymne de louanges pour chanter notre Dieu. Voyant cela beaucoup voudront le révérer et lui faire confiance. Heureux l’homme fort qui ne devient ni orgueilleux ni menteur et qui fait confiance à l’Éternel. Ô mon Dieu, tu as multiplié tes faveurs envers nous ! Nul n’est semblable à toi. Je voudrais publier tes merveilles mais leur nombre est tellement grand (Psaume 40.1-6).

La caractéristique du Juif pieux était sa foi personnelle et une crainte respectueuse de Dieu. La délivrance dont David a fait l’objet lui rappelle la bonté de l’Éternel envers son peuple.

Tu ne désires ni offrande ni sacrifice ni holocauste pour expier le péché. Tu m’as percé les oreilles. Alors j’ai dit : je viens, c’est ce qu’ordonne le livre. Je prends plaisir à faire ta volonté, mon Dieu, et ta Loi est gravée au fond de mon cœur (Psaume 40.7-9).

Sous l’Ancienne Alliance, un esclave libéré qui voulait rester au service de son maître à vie, se faisait percer l’oreille. L’auteur de l’épître aux Hébreux (10.5,7) cite ce passage sauf qu’il remplace « tu m’as percé les oreilles » par « tu m’as formé un corps ». En devenant homme, Jésus a accepté de devenir le serviteur obéissant de son Père afin de nous offrir le salut.

J’annoncerai ta justice, ta délivrance et ta fidélité dans la grande assemblée, Éternel, des malheurs innombrables m’atteignent mais ta grâce et ta vérité me garderont. Mes péchés m’ont atteint. Viens vite me délivrer Éternel ! Que ceux qui veulent m’ôter la vie soient confus mais que ceux qui te cherchent et aiment ton salut se réjouissent en toi et disent : “ Que l’Éternel est grand ! ” Je suis malheureux mais le Seigneur prend soin de moi. Tu es mon secours et mon libérateur, ô mon Dieu, hâte-toi de me délivrer ! (Psaume 40.10-18).

Louange, confiance en Dieu et appel à l’aide, résument une grande partie de la vie de David.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires