Les études

30 mars 2022

#16 La vision présentée à Daniel dans la ville de Suze (Daniel 8.1-14)

La troisième année du règne du roi Balthazar (551 ou 550), j’eus une nouvelle vision. Je me voyais dans la cité fortifiée de Suse, dans la province d’Élam, et je me tenais près du fleuve Oulaï (Daniel 8.1-2).

À partir d’ici le texte n’est plus en araméen mais en hébreu. Suze est à 400 km à l’est de Babylone. A cause de son climat, c’était une ville de villégiature des rois perses.

Devant le fleuve, je vis un bélier avec deux très hautes cornes. Celle qui avait poussé la dernière était plus grande que l’autre. Puis je vis le bélier frapper en direction de l’ouest, du nord et du sud. Il grandissait et aucune bête ne pouvait lui résister (Daniel 8.3-4 ; cp Daniel 7.5 ; Esaïe 45.1-3).

Le bélier représente l’empire médo-perse. Les Mèdes dominent d’abord les Perses, puis ce fut l’inverse. Sous Cyrus, l’empire perse s’étend rapidement dans trois directions.

Puis je vis un bouc arriver de l’occident. Il avait une grosse corne entre les yeux et parcourait toute la terre sans toucher le sol (Daniel 8.5 ; cp Daniel 7.6).

Cette corne est Alexandre le Grand. Son armée ne compte que 35 000 hommes mais elle se déplace à une vitesse fulgurante. Le bélier est lourd et massif tandis que le bouc est agile et fougueux.

Il se précipita violemment sur le bélier. Il le frappa avec rage et brisa ses deux cornes. Il le jeta à terre et le piétina. Le bélier n’avait pas la force de lui résister et personne ne vint le délivrer du bouc (Daniel 8.6-7).

En l’an 492 avant J-C, sous Darius I (522-486), les Perses attaquent la Grèce et ravagent la Macédoine mais ils doivent arrêter leur conquête suite à la destruction de leur flotte dans une tempête. Deux ans plus tard, Darius repart à la charge mais il est vaincu à Marathon (490). Son successeur Xerxès I (486-465) veut le venger. Il est péniblement vainqueur à Thermopyles (480) mais après avoir perdu 200 navires dans une bataille navale dans le détroit de Salamine, il fait demi-tour. Après la longue guerre du Péloponnèse entre Athènes et Sparte (431-404) Philippe II de Macédoine s’impose sur la Grèce. Après son assassinat, son fils Alexandre le Grand lui succède. Il attaque la Perse et en quatre ans (334-331) la réduit à sa merci.

Le bouc devint très grand, mais lorsqu’il était encore en pleine vigueur, sa grande corne fut brisée et quatre cornes poussèrent à sa place vers les quatre coins de l’horizon (Daniel 8.8 ; cp Daniel 7,6).

A 33 ans, après une nuit de beuverie, Alexandre le grand meurt subitement (323 av. J-C). La grande corne est brisée ; elle est remplacée par quatre plus petites qui sont les quatre généraux d’Alexandre. Ils prennent le titre de roi et se partagent l’empire d’Alexandre puis se font la guerre pendant 22 ans.

De l’une des quatre cornes sortit une très petite corne qui grandit démesurément vers le sud, vers l’est et vers le Pays Magnifique. La petite corne grandit jusqu’à s’attaquer à l’armée céleste ; elle fit tomber à terre une partie des étoiles de cette armée et les piétina. La petite corne s’exalta au point de défier le Prince de l’armée céleste (l’Éternel); elle mit fin au sacrifice perpétuel et bouleversa son sanctuaire jusqu’en ses fondations (Daniel 8.9-11 ; cp Jérémie 3.19).

Les visions ne sont pas dans un ordre chronologique, car cette petite corne est Antiochus IV Épiphane issue du bouc, et qui est de l’histoire passée. Il ne faut pas la confondre avec la petite corne du chapitre précédent, qui est l’Antichrist, issue des dix cornes de la quatrième bête, et qui n’a pas encore fait son entrée sur scène. Le sud est l’Égypte et le pays magnifique est Israël (Jérémie 3.19). La grande corne brisée a donné naissance à quatre autres. De l’une d’elles surgit une petite corne qui est Antiochus, roi de Syrie (175-164), descendant de Séleucos, général d’Alexandre. En l’an 170, Antiochus envahit l’Égypte puis ravage Jérusalem et le Temple ; il assassine le grand-prêtre (Onias III ; 2Maccabées 4.33 et suivants.) et remplace le culte à l’Éternel par des sacrifices aux idoles grecques. Les Juifs qui les pratiquent et donc renient l’Éternel sont les étoiles piétinées.

À cause de la révolte du peuple contre Dieu, l’armée fut livrée au pouvoir de la corne. Le sacrifice perpétuel fut abandonné. La corne jeta la vérité par terre et réussit dans tout ce qu’elle entreprit (Daniel 8.12).

Le sacrifice perpétuel est l’offrande matin et soir d’un holocauste à l’Éternel. Mais comme la plus grande partie du peuple est infidèle, l’Éternel l’abandonne entre les mains d’Antiochus qui remplace la loi de Moïse et le culte du vrai Dieu par des pratiques païennes. En l’an 167, Antiochus introduit une statue de lui-même dans le Temple de Jérusalem, sacrifie un cochon sur l’autel des holocaustes et se proclame dieu.

J’entendis alors l’un des saints anges demander à un autre : jusqu’à quand le sacrifice perpétuel sera-t-il supprimé et la révolte qui en est la cause sévira-t-elle ? Pendant combien de temps le sanctuaire et l’armée seront-ils livrés au pouvoir de la corne et foulés aux pieds ? L’ange répondit : pendant 1 150 soirs et matins, puis le sanctuaire sera de nouveau consacré au culte (Daniel 8.13-14).

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires