Les études

16 juin 2022

#16 Le corps ressuscité (1 Corinthiens 15.33-58)

Paul est obligé de réprimander les Corinthiens et pour cela, il cite un proverbe populaire d’un de leurs poètes (Ménandre 342-291 avant Jésus-Christ).

Sachez le bien : « les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs ». Sortez de votre stupeur et ne faites rien de mal. Honte à vous car certains parmi vous ne connaissent pas Dieu (1Corinthiens 15.33-34).

Le proverbe est un peu comme : « dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es ». Paul ordonne aux Corinthiens de se séparer des enseignants de mensonge qui nient la résurrection.

Vous demandez comment un corps mort peut ressusciter ? Insensés que vous êtes ! la graine que vous semez ne reprend vie qu’après être morte, et ce que vous semez n’est pas la plante mais un grain de blé ou autre chose, puis Dieu lui donne le corps qu’il veut, car à chaque semence correspond un corps particulier (1Corinthiens 15.35-38).

Par ces analogies, Paul tente d’expliquer à quoi ressemble un corps de résurrection afin de contrer les faux enseignants qui sèment le doute dans l’esprit des croyants Corinthiens.

Tous les êtres vivants n’ont pas la même chair : les hommes, les animaux, les oiseaux, les poissons ont chacun leur propre chair. Il y a aussi une différence d’éclat entre les astres et les corps terrestres. Le soleil, la lune et les étoiles ont chacun leur propre rayonnement. Et même chaque étoile brille de son éclat particulier (1Corinthiens 15.39-41).

Paul montre que Dieu a créé une multitude d’objets et de formes de vie, qui diffèrent par leur apparence et leur splendeur, et en plus, le grain de blé par exemple, est très différent de l’épi qui naît de lui, alors pourquoi douter que Dieu nous ressuscitera avec un corps glorifié ?

Pour ce qui est de la résurrection des morts, comme la graine, le corps est mis en terre. Il est corruptible et méprisable mais il ressuscite incorruptible et plein de force. Il est enterré corps animal psychique mais il ressuscite corps spirituel (1Corinthiens 15.42-44).

La vieillesse et la maladie nous avilit et nous devenons répugnant, mais le corps pourrissant du croyant mort sera un jour métamorphosé en un corps immortel et glorieux.

L’Écriture déclare que Adam devint une être vivant. Mais Jésus, le dernier Adam, est un être spirituel qui donne la vie. Le premier homme tiré de la terre est physique, mais Jésus, le second homme, est céleste. Nous sommes comme Adam issus de la terre mais nous deviendrons célestes comme Jésus, car comme nous avons porté un corps terrestre, nous serons aussi revêtu d’un corps céleste (1Corinthiens 15.45-49).

Comme l’animal, l’homme a un corps et une vie psychique, mais la différence est que son âme est unie à un esprit immortel qui lui permet d’entrer en relation avec Dieu. L’objectif de Dieu était que l’esprit de l’homme unie à l’Esprit de Dieu, pénètre son âme et son corps et domine toutes ses facultés. Mais la désobéissance d’Adam a tout changé et l’homme qui était destiné à être spirituel, devint charnel et esclave du péché. Mais Jésus a rétabli en sa personne l’harmonie détruite par Adam, et la rétablira en ceux qui croient en lui à la résurrection.

Un corps de chair et de sang ne peut accéder au royaume de Dieu car il est corrompu et il ne peut devenir incorruptible. Voici, je vous fais une nouvelle révélation : nous ne mourrons pas tous, mais tous, en une fraction de seconde, au son de la dernière trompette, nous serons transfigurés. Lorsqu’elle retentira, les morts ressusciteront et seront incorruptibles, tandis que nous, encore sur terre, nous serons métamorphosés afin que notre corps de misère mortel revête l’incorruptibilité et l’immortalité (1 Corinthiens 15.50-53).

Nous sommes le produit de notre patrimoine génétique, mais il est corrompu parce qu’il remonte jusqu’à Adam. Le son de « la dernière trompette » est le signe de la victoire sur la mort, le dernier ennemi. Il en est aussi question dans une autre épître (1Thessaloniciens 4.16-17) dans laquelle Paul écrit : « A un signal donné et au son de la trompette de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel et les croyants morts ressusciteront, puis nous les vivants, nous serons tous ensemble enlevés et irons avec les morts ressuscités à la rencontre du Seigneur dans les airs pour être toujours avec lui ».

Quand ce corps de misère et mortel aura revêtu l’incorruptibilité et l’immortalité, alors sera réalisée ces paroles des Écritures : La victoire totale sur la mort a été remportée. Ô mort, où est ta victoire et où est ton dard ? Le dard de la mort est le péché qui tire sa force de la Loi. Mais loué soit Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. C’est pourquoi, mes chers frères, soyez fermes, inébranlables, travaillant sans relâche pour le Seigneur, sachant que votre travail à son service ne sera pas vain (1 Corinthiens 15.54-58 ; cp Ésaïe 25.8 ; Osée 13.14).

La mort est comme un animal féroce au dard plein du venin mortel qu’est le péché, rendu virulent par les commandements qui révèlent le péché de l’homme. Mais pour le bénéfice de ceux qui croient en lui, Jésus a rempli toutes les exigences de la Loi par sa vie parfaite, sans péché, puis il a triomphé de la mort par sa résurrection. C’est la certitude d’un avenir glorieux qui donne au croyant la motivation et le courage de persévérer pour le Seigneur.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires