Les études

30 mars 2022

#18 Confession de Daniel (Daniel 9.7-20)

Quand Daniel prie, il y met tout son cœur, toute son âme et tout son corps. Daniel porte les signes de deuil et d’humiliation parce que son peuple est toujours en exil. La profondeur et la puissance de sa prière sont le produit d’une vie de dévotion quotidienne à l’Éternel. Il insiste, il persiste et bataille jusqu’à ce qu’il reçoive de Dieu ce qu’il demande. L’asservissement d’Israël à des puissances étrangères est l’application de la Loi (Deutéronome 28.48-57, 64-68). Mais Moïse dit également que si les Israélites se repentent de leurs fautes, reviennent à l’Éternel et lui obéissent, il les délivrera de l’exil et les ramènera dans leur pays (Deutéronome 30). Voilà pourquoi Daniel se lance dans une longue prière de contrition dans laquelle il s’identifie à son peuple allant même jusqu’à endosser la responsabilité morale d’Israël, alors que lui-même n’y est pour rien dans leur infidélité.

Seigneur, à toi la justice, et à nous la honte. C’est bien le cas aujourd’hui de tout Israël, de ceux qui sont au pays et de ceux que tu as dispersés au loin à cause de leurs infidélités à ton égard. Seigneur, nous sommes tous honteux : nos rois, nos chefs et nos ancêtres, parce que nous avons péché contre toi. Mais toi, Seigneur notre Dieu, tu as pitié et tu pardonnes, alors que nous sommes des rebelles (Daniel 9.7-8 ; cp Romains 5.20).

Daniel reconnaît que l’Éternel a été juste en punissant tous les Israélites, qu’ils soient de Juda, ou des 10 tribus du Nord qui ont été rayés de la carte par les Assyriens il y a plus de deux siècles. Mais il dit aussi : « heureusement que tu pardonnes car notre rébellion ne peut être effacée que par un acte de ta grâce ».

Nous ne t’avons pas obéi, Éternel notre Dieu, nous n’avons pas observé les lois que tu nous as données par tes prophètes. Tout le peuple d’Israël a transgressé ta Loi et a refusé d’entendre ta voix. Alors toutes les malédictions de la Loi de Moïse, ton serviteur, se sont déversées sur nous, parce que nous avons péché contre Dieu. Tu as accompli les menaces que tu avais prononcées contre nous et nos chefs : tu as fait fondre sur Jérusalem un malheur si grand qu’il n’y en a jamais eu de pareil dans le monde, mais il était conforme à la Loi de Moïse, et nous ne t’avons pas imploré, Éternel notre Dieu, nous ne nous sommes pas détournés de nos fautes et nous n’avons pas écouté ta vérité. C’est pourquoi, Éternel notre Dieu, parce que nous ne t’avons pas obéi et que tu es juste, tu as fait venir ce malheur sur nous (Daniel 9.14 ; cp Deutéronome 28.15-68).

Daniel continue à confesser le péché des Israélites. Même quand ils étaient sévèrement punis à cause de leur rébellion, ils se cabraient au lieu d’implorer la miséricorde de Dieu, qui a donc mis ses menaces à exécution.

Pourtant, Seigneur notre Dieu, par ta puissance, tu as délivré ton peuple d’Égypte, et tu t’es fait un nom qui subsiste jusqu’à ce jour. Mais nous, nous avons péché, nous avons fait le mal (Daniel 9.15 ; Jérémie 32.20).

Daniel commence à préciser le sujet de sa prière ; il veut que Dieu délivre Israël de l’exil comme il l’a fait de l’esclavage égyptien, un haut fait de guerre par lequel l’Éternel s’est fait connaître à toutes les nations.

Seigneur, dans ta justice, détourne ta colère et ton indignation de Jérusalem, ta ville, ta sainte montagne, car à cause de nos péchés, Jérusalem et ton peuple sont méprisés par ceux qui nous entourent (Daniel 9.16).

L’Éternel est juste et a donc puni les Israélites coupables, mais il doit aussi tenir ses engagements à l’égard de Jérusalem, du Temple et du peuple qu’il a choisi.

Maintenant, ô notre Dieu, écoute la prière et les supplications de ton serviteur et, par égard pour toi-même, considère avec faveur ton sanctuaire dévasté ! Ô mon Dieu, prête l’oreille, ouvre tes yeux et considère nos ruines, regarde la ville qui t’appartient. Ce n’est pas à cause de nos actions justes que nous te prions et te supplions, mais à cause de ton immense compassion ! Seigneur, écoute-nous et pardonne ! Seigneur, prête-nous attention et interviens sans tarder, par égard pour toi-même, ô mon Dieu ! Car il s’agit de la ville et du peuple qui t’appartiennent (Daniel 9.17-19 ; cp Exode 2.23,24 ; Esaïe 9 ; Néhémie 9).

Daniel ne prie pas du bout des lèvres mais se lance corps et âme dans une supplication intense. Il supplie Dieu de détourner sa colère de Jérusalem afin de sauvegarder son honneur et sa réputation. Puis il lui demande d’exercer sa pitié parce qu’il est miséricordieux envers l’homme pécheur. Ce n’est jamais un rite ou un mérite quelconque mais la grâce de Dieu qui nous permet d’obtenir une réponse à nos prières.

Je continuais à parler dans ma prière, en confessant mes péchés et les péchés de mon peuple Israël, et en suppliant l’Éternel mon Dieu en faveur de sa sainte montagne (Daniel 9.20 ; cp Matthieu 6.10).

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires