Les études

01 avril 2022

#18 L’homme intelligent cherche Dieu (Proverbes 15.6-25)

Les Proverbes opposent très souvent l’homme avisé juste et sage au mécréant méchant qui est aussi un insensé.

L’abondance règne dans la maison du juste, mais les profits du méchant jettent le trouble (Proverbes 15.6 ; cp Proverbes 3.16 ; 8.18, 21 ; 14.24 ; 22.4).

L’homme sage devient prospère parce qu’il acquiert ses biens honnêtement, tandis que l’argent de l’homme véreux est pourri et se retournera contre lui.

Les lèvres des sages répandent le vrai savoir mais le cœur des insensés n’est pas droit (Proverbes 15.7 ; cp Proverbes 11.19).

Si on écoute un sage, on acquiert une vraie connaissance, mais on ne peut rien apprendre de valable d’un insensé.

L’Éternel a en horreur la conduite et les sacrifices des méchants, mais les prières des hommes droits lui sont agréables parce qu’ils recherchent ce qui est juste (Proverbes 15.8-9 ; cp Proverbes 11.20 ; 12.22).

La prière doit être une expression personnelle spontanée. Malheureusement, comme n’importe quel rite ou bonne œuvre, la prière peut aussi devenir une formalité vide de sens, surtout si en plus je lui donne une valeur marchande pour troquer avec Dieu.

Une dure leçon attend celui qui s’écarte du droit chemin et s’il refuse la correction, il périra (Proverbes 15.10 ; cp Proverbes 1.7 ; 10.17 ; 12.1 ; 13.1, 13, 18 ; 15.5, 12, 32).

Refuser d’être repris fait partie des comportements souvent condamnés par les Proverbes.

Le séjour des morts et l’abîme sans fond sont à nu devant l’Éternel, combien plus le cœur des humains est-il découvert devant lui ! (Proverbes 15.11 ; cp Job 26.6 ; Jérémie 17.10 ; Hébreux 4.13).

Le séjour des morts ou Schéol est l’endroit où vont les âmes des morts. Il comporte deux parties : le paradis et l’abîme qui est le lieu du silence et de perdition éternelle.

Le moqueur n’aime pas qu’on le reprenne, c’est pourquoi il ne fréquente pas les sages (Proverbes 15.12 ; cp Proverbes 13.20).

Le mécréant évite ceux dont la vie est sans reproche car ils sont sa mauvaise conscience.

Un cœur joyeux rend le visage serein, mais quand le cœur est triste, l’esprit est déprimé (Proverbes 15.13 ; cp Proverbes 15.15).

Le cœur est le ressort de l’être humain et l’esprit est la vie intérieure.

L’homme intelligent cherche la connaissance, mais la bouche des insensés se repaît de sornettes (Proverbes 15.14).

L’homme véritablement intelligent cherche à connaître Dieu au travers de sa parole et de la création. Mais les moqueurs, qui le rejettent, profèrent des théories sans queue ni tête.

Pour l’affligé, tous les jours sont mauvais, mais le cœur content est un festin perpétuel (Proverbes 15.15).

La joie ne dépend pas des circonstances mais du cœur. Celui qui est frappé d’une grande douleur au plus profond de son être devient insensible et fermé à toute joie terrestre.

Mieux vaut avoir peu et révérer Dieu que de posséder une fortune avec du trouble. Mieux vaut des légumes avec l’amour qu’un bœuf gras avec la haine (Proverbes 15.16-17).

Les besoins fondamentaux de l’homme sont de révérer l’Éternel et d’être aimé.

L’homme violent suscite des querelles, mais celui qui garde son sang-froid apaise les disputes (Proverbes 15.18 ; cp Proverbes 14.17,29 ;15.1 ; 29.22).

Il faut évaluer la portée de ses paroles avant de parler, car même des mots dits avec douceur peuvent déclencher une dispute.

Le chemin du paresseux est comme fermé par une haie de ronces, mais le sentier des hommes droits est bien aplani (Proverbes 15.19).

L’homme droit accomplit son devoir sans difficulté parce qu’il s’appuie sur Dieu, tandis que le fainéant invente des faux-fuyants pour échapper à ses responsabilités.

Un fils sage fait la joie de son père mais l’insensé méprise sa mère. La folie fait la joie de l’insensé, mais l’homme intelligent emprunte le droit chemin (Proverbes 15.20-21 ; cp Proverbes 10.1, 23).

Le respect des parents est un acte de sagesse. Ne pas remplir son devoir est une folie.

Les projets de celui qui fait cavalier seul échouent, mais avec plusieurs conseillers, ils réussissent (Proverbes 15.22 ; cp Proverbes 11.14 ; 20.18 ; 24.6).

Comme nul n’est infaillible, il est prudent de consulter des personnes avisées avant de se lancer dans un vaste projet.

On se réjouit de pouvoir donner la bonne réponse et de dire une parole à propos (Proverbes 15.23 ; cp Proverbes 25.11).

Apporter une solution à un problème ou dire la parole pertinente au bon moment fait plaisir à celui qui la donne et qui la reçoit.

Le sage suit le sentier qui mène en haut vers la vie et qui le fait échapper au séjour des morts en bas (Proverbes 15.24 ; cp Proverbes 3.2, 16 ; 4.10 ; 9.11 ; 10.27 ; 14.27).

La sagesse nous garde d’une mort prématurée mais le style de vie des insensés les amène souvent à rencontrer la dame à la faux.

L’Éternel démolit la maison des orgueilleux, mais il protège la propriété de la veuve. L’Éternel a horreur des machinations du méchant, mais les paroles bienveillantes sont droites (Proverbes 15.25 ; cp Exode 22.22 ; Deutéronome 19.14 ; 27.17 ; Proverbes 16.24).

Dans l’antiquité, les veuves étaient toujours dans une situation précaire, ce qui suscitait parfois la convoitise du voisin requin sans scrupules, mais comme l’Éternel est le protecteur des veuves et des orphelins, celui qui les encourage sera récompensé.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires