Les études

05 avril 2022

#18 Rejetés par l’Éternel

Le Psaume 44 est un appel au secours du peuple de Dieu après une tragédie.

Méditation des Qoréites. Ô Dieu, nous savons qu’autrefois, par ta puissance et dans ta grande bonté, tu as dépossédé des peuples pour établir nos pères. C’est toi, ô Dieu, qui nous délivres de nos ennemis. Tous les jours, nous célébrons notre Dieu. Pause (Psaume 44.1-9).

Le psalmiste commence par raconter les hauts faits de Dieu en faveur d’Israël et surtout la conquête du pays promis. La pause permet de méditer sur la bonté de Dieu dans le passé.

Pourtant tu nous as rejetés. Nos adversaires se sont emparés de nos biens. Oui, tu nous as livrés à eux et tu nous as dispersés parmi les nations. Cela est arrivé alors que nous n’avons pas violé ton alliance (Psaume 44.10-20).

Brusque contraste. Le présent contredit le passé. Ce désastre est inexplicable parce que Israël n’a pas été infidèle à son Dieu. Alors que David et l’armée combattent les Syriens dans le nord, les Édomites en profitent, envahissent le sud de Juda, massacrent ou emmènent comme esclaves la population (2Samuel 8.13 ; 1Rois 11.15 ; Psaume 60).

Mais c’est à cause de toi que nous sommes massacrés et qu’on nous considère comme des brebis destinées à la boucherie (Psaume 44.23).

Dans son épître aux Romains (8.36), l’apôtre Paul cite ce passage pour décrire les persécutions auxquelles seront soumis les croyants.

Interviens Seigneur ! Sors du sommeil et réagis ! Pourquoi ignores-tu nos détresses ? Agis, viens à notre aide ! Libère-nous dans ton amour ! (Psaume 44.24-27).

Ni les Israélites, ni vous et moi, n’avons de droit à faire valoir devant Dieu. La malédiction de Dieu est toujours présente sur terre et un jour ou l’autre, nous serons tous victimes du mal et de l’injustice ; c’est seulement par amour que Dieu agit en notre faveur.

Nous arrivons au Psaume 45 qui a probablement été composé pour le mariage de Salomon avec une princesse étrangère. Les Juifs et l’Église ont reconnu dans le roi, le portrait du Messie, le roi idéal, car bien des paroles du Psaume dépassent le cadre temporel.

Méditation et chant d’amour des Qoréites. Mon cœur est tout vibrant de paroles très belles.  Tu es le plus beau des fils de l’homme ! La grâce est sur tes lèvres et Dieu t’a béni pour toujours. Guerrier plein de vaillance, revêts-toi de ta magnificence, et dans ta gloire, remporte des victoires ! Défends la vérité, la douceur et la justice ! Que ta main fasse des actions d’éclat ! (Psaume 45.1-6).

Le psalmiste bouillonne sous l’inspiration de l’esprit et décrit la perfection physique et morale du roi-Messie qui part en conquérant pour défendre le droit, la justice et la vérité.

Ton trône, ô Dieu, subsiste pour l’éternité, le sceptre de ton règne établit la justice. Tu aimes la justice et tu détestes le mal. Aussi, ô Dieu, en répandant sur toi une huile de joie, ton Dieu a fait de toi un roi supérieur à tous tes semblables (Psaume 45.7-8).

Ce roi est Dieu lui-même ce que confirme l’épître aux Hébreux (1.8-9) qui cite ce passage.

Myrrhe, aloès, cannelle embaument tes habits. Dans les palais d’ivoire, les harpes te ravissent. Des filles de roi sont parmi tes favorites ; la reine est à ta droite, parée de l’or d’Ophir (Psaume 45.9-10).

Ici, le psalmiste décrit Salomon dans un luxe inouï entouré des femmes de son harem.

Écoute-moi ma fille : Ne pense plus à ton peuple et à ta famille. Car le roi est épris de ta beauté ! Il est ton seigneur, prosterne-toi donc devant lui ! (Psaume 45.11-12).

Le psalmiste s’adresse à la reine qui doit oublier tout son passé. Mais aussi c’est une image du peuple de Dieu qui doit renoncer au monde pour tout recevoir de son céleste époux.

La reine est toute resplendissante de beauté, parée d’étoffes précieuses et d’or. On la présente au roi. Ses demoiselles la suivent et sont introduites dans le palais au milieu des chants de fête et des réjouissances (Psaume 45.13-16).

Selon plusieurs passages du Nouveau Testament, cette description de la reine est aussi celle de l’Église au moment des noces de l’Agneau qui aura lieu à la fin des temps dans les cieux.

Tes fils occuperont le trône de tes pères, tu en feras des princes en tous lieux sur la terre. Je publierai ton nom à travers tous les âges. C’est pourquoi tous les peuples te loueront à jamais, durant l’éternité (Psaume 45.17-18).

Comme c’est souvent le cas dans les prophéties, la situation présente de ce roi annonce et se confond avec l’avenir grandiose qui verra la pleine réalisation du plan de Dieu pour les âges. Le poète envisage le Millénium quand Jésus sera le roi de toute la terre. Les princes ou vice-rois, établis comme maîtres sur toute la terre, seront les croyants qui régneront avec le Christ.

Il y a 3 000 ans, ce Psaume annonçait que les gouvernements humains seraient remplacés par un roi qui serait Dieu. Aujourd’hui, nous savons que c’est Jésus-Christ.

févr. 02 2023

Émission du jour | Jean 1.20-51

Témoignage de Jean-Baptiste sur Jésus

Nos partenaires