Les études

30 mars 2022

#19 Cris de détresse (Esaïe 22.8-23.5)

Ésaïe passe des Babyloniens aux Assyriens sans transition. Ici, il décrit deux divisions de l’armée assyrienne qui font le siège de Jérusalem et qui seront anéantis par l’Ange de l’Éternel.

Vous ne vous faites plus d’illusions mais vous placez votre espoir dans les armes. Vous avez réparé les brèches des murs de la ville. Vous avez démoli des maisons pour renforcer la muraille (cp Jérémie 33.4). Vous avez amené l’eau dans la ville et y avez créé un réservoir avec l’eau de l’ancien étang, mais vous n’avez pas tourné les yeux vers celui qui prépare toute chose depuis longtemps et qui les exécute (Ésaïe 22.8-11).

Les villes fortifiées de Juda sont tombées aux mains des Assyriens qui assiègent Jérusalem. Mais au lieu d’invoquer l’Éternel, les habitants mettent leur confiance en leurs armes et leur préparation militaire.

En ce jour, l’Éternel vous appelait à prendre le deuil et à gémir, mais ce sont des réjouissances, on fait la fête, et on dit : “ Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ”. Le Seigneur des armées célestes m’a dit : “ Non, ce péché ne vous sera pas pardonné jusqu’à ce que vous mourriez ” (Ésaïe 22.12-14).

L’apôtre Paul reprend la devise des Israélites qui disent : « la vie est courte, jouissons du moment » (1Corinthiens 15.32). Cette incrédulité grossière qui prétend qu’après la mort, tout est fini, rejette la résurrection et méprise l’Esprit de grâce, un péché qui ne peut pas être pardonné (Marc 3.29 ; Luc 12.10).

L’Éternel me dit : “ Va voir Schebna, le maître du palais et dis-lui : Qu’as-tu ici comme propriété ou parenté, pour que tu te creuses un tombeau sur le mont Sion ? L’Éternel va te balancer au loin comme une balle, et c’est là que tu mourras avec tes superbes chars qui font ta gloire, toi qui est la honte du palais de ton maître ! Je vais te chasser de ton poste (Ésaïe 22.15-19).

Shebna est un Syrien importé par le roi Ahaz parce qu’il est pro-Égyptien et peut-être même le chef de ce parti. C’est un arriviste étranger qui n’a aucune racine en Juda. Orgueilleux, il cherche la gloire ; il aime se promener sur un beau char et il s’est fait tailler un sépulcre à côté de ceux des rois de Juda pour préserver son nom. Sous Ézéchias sa chute à commencé car il n’est plus qu’un simple gratte-papier (Ésaïe 36.3).

Je vais faire appel à mon serviteur Éliaqim. Je le revêtirai du costume officiel de ta charge et je lui donnerai ton pouvoir politique, et il sera un père pour les habitants de Jérusalem et le royaume de Juda Je lui donnerai la clé du royaume de David de sorte que lui seul ouvrira et refermera (Ésaïe 22.20.22).

Shebna sera remplacé par un homme fidèle à l’Éternel qui aura toute autorité et qui se souciera du bien-être du peuple. Éliaqim est une préfiguration du Christ car dans l’Apocalypse, il est écrit que c’est Jésus qui détient la clé de David (Apocalypse 3.7 ; 1.18). Par ailleurs, lui seul ouvre ou ferme la porte du paradis.

Oui, je l’établirai solidement comme un clou planté dans un endroit solide, et comme un trône glorieux pour toute sa famille car toute la gloire de sa parenté sera suspendue à ce clou. Mais en ce jour-là, déclare l’Éternel, le clou sera arraché et tout ce qu’il portait se brisera (Ésaïe 22.23-25).

La haute position d’Éliaqim fera honneur à toute sa famille, et tous en profiteront. Ésaïe établit un parallèle entre la gloire de cet homme et le trône de David, mais l’un et l’autre seront détruits par Babylone.

Menace contre la ville phénicienne de Tyr : Hurlez, navires au long cours, car votre port d’attache est dévasté. C’est à Chypre que les navigateurs de Tyr ont appris la nouvelle. Soyez stupéfaits habitants de la côte qui étaient approvisionnés par les marchands de Sidon qui sillonnent les mers (Ésaïe 23.1-2 ; cp Ezéchiel 26.3-7 ; 12-14).

Les Assyriens ont envahi plusieurs fois la Phénicie mais n’ont pas pu capturer l’îlot de Tyr. C’est Babylone qui après un siège de 13 ans vient à bout de la partie insulaire de Tyr (585-572). Plus tard, Alexandre le Grand construit une digue avec les ruines de la ville continentale pour accéder à l’îlot et il lui faut 7 mois de siège pour le conquérir. Plus tard il est à nouveau conquis par un général d’Alexandre, puis par les Musulmans (636), les Turcs, les Croisés, les Vénitiens, et enfin par les Mamelouks égyptiens qui réduisent l’îlot en poussière (1291). Tyr n’a jamais été reconstruite tandis que Sidon, souvent détruite et reconstruite, est aujourd’hui un port pétrolier prospère libanais au sud de Beyrouth.

L’Égypte était le marché des nations grâce aux céréales qui croissent sur les rives du Nil. Sois confuse, Sidon, car la mer et l’îlot de Tyr ont dit : “ c’est comme si je n’avais pas eu d’enfants ” Lorsque l’Égypte apprendra le sort de Tyr, elle sera saisie d’angoisse (Ésaïe 23.3-5).

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires