Les études

04 avril 2022

#2 Moïse appelé par l’Éternel pour délivrer le peuple (Exode 2.9-3.20)

Sauvé des eaux puis élevé par sa mère, Moïse se retrouve à la cour du pharaon.

« Quand il eut grandi, elle l’amena à la fille du pharaon. Celle-ci l’adopta comme son fils et lui donna le nom de Moïse, car, dit-elle, je l’ai sauvé de l’eau » (Exode 2.9-10).

Éduqué « dans toute la science des Égyptiens (Actes 7.21) », et de la haute noblesse, Moïse est un prétendant au trône.

« Devenu adulte, Moïse alla vers ses frères et fut témoin de leurs pénibles travaux. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu. Voyant qu’il n’y avait personne, il tua l’Égyptien. Le jour suivant, alors que deux Hébreux se querellaient, il dit au fautif : Pourquoi frappes-tu ton prochain ? Qui t’a établi juge entre nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l’Égyptien ? Moïse prit peur car l’affaire s’était ébruitée. En effet, le pharaon apprit ce qui s’était passé et chercha à faire mourir Moïse, mais il s’enfuit et se rendit au pays de Madian et s’assit près d’un puits » (Exode 2.11-15 ; comparez Actes 7.23-25).

Moïse a été brave et loyal de prendre la défense de l’Hébreu brutalisé par un Égyptien parce qu’assassiner un esclave n’était pas sanctionné, mais au final il est poursuivi pour meurtre. Il s’exile donc dans le désert où Dieu va s’occuper de sa formation.

« Le prêtre de Madian avait sept filles. Elles vinrent puiser de l’eau pour le troupeau de leur père. Des bergers les chassèrent, mais Moïse prit leur défense et fit boire leur troupeau. De retour auprès de leur père, elles dirent : Un Egyptien nous a délivrées des bergers, et il a même puisé de l’eau et a fait boire le troupeau. Où est-il ?… Allez le chercher pour qu’il vienne manger avec nous » (Exode 2.16-20).

Madian est un fils d’Abraham. Ses descendants se sont établis au nord du Sinaï, un endroit stérile qui contraste fortement avec le cadre paradisiaque dans lequel Moïse a grandi.

« Moïse s’établit chez cet homme qui lui donna sa fille Séphora en mariage… Le pharaon mourut et les Israélites gémissaient encore sous la servitude… Dieu entendit leur plainte et se souvint de son alliance avec Abraham… » (Exode 2.23-25).

Les Madianites étant monothéistes, Moïse s’installe chez eux. Pendant ce temps, les Hébreux ne comprennent pas pourquoi Dieu tarde à répondre à leurs cris. Je commence le chapitre 3.
« Moïse faisait paître le troupeau de son beau-père à Horeb, la montagne de Dieu. L’ange de l’Éternel lui apparut dans une flamme au milieu d’un buisson. Moïse regarda le buisson embrasé qui ne se consumait pas » (Exode 3.1-2).

Horeb est le Sinaï. L’Ange de l’Éternel est apparu plusieurs fois aux patriarches. La suite du récit l’appelle « l’Éternel ».

« Moïse se dit : Je vais aller voir… pourquoi le buisson ne se consume pas. L’Éternel l’appela du milieu du buisson : Moïse ! Moïse ! N’approche pas, enlève tes sandales car le lieu où tu te tiens est un lieu sacré. Je suis le Dieu de tes ancêtres… Alors Moïse se couvrit le visage car il craignait de regarder Dieu » (Exode 3.3-6).

Dieu enseigne à Moïse qu’il est saint et qu’on ne s’approche pas de lui n’importe comment.

« L’Éternel dit : J’ai vu la souffrance de mon peuple… Je suis descendu pour le délivrer… et pour le faire monter dans un bon et vaste pays où coulent le lait et le miel, dans le pays de Canaan… Va, je t’envoie vers le pharaon pour que tu fasses sortir d’Égypte les Israélites, mon peuple » (Exode 3.7-10).

Le pays promis est favorable à l’élevage et aux cultures. L’expression proverbiale qui le décrit apparaît 19 fois dans l’Ancien Testament dont 14 fois dans les livres écrits par Moïse.
« Moïse dit à Dieu : — Qui suis-je, moi, pour aller trouver le pharaon et pour faire sortir les Israélites d’Égypte ? » (Exode 3.11).
Blanc-bec prétentieux qui se croyait capable de délivrer Israël à lui tout seul, Moïse est devenu humble et très conscient de ses limitations face à la tâche que l’Éternel lui assigne.

« Dieu dit : Je serai avec toi… Moïse dit : Je dirai donc aux Israélites : Le Dieu de vos pères m’envoie vers vous. Mais, s’ils me demandent : “ Quel est son nom ? ” que leur répondrai-je ? Je suis celui qui suis… Tu diras : Celui qui s’appelle « je suis »… l’Éternel, le Dieu de vos pères… m’envoie vers vous. Voilà mon nom pour l’éternité » (Exode 3.12-15).

Moïse n’est pas très emballé par sa mission et traîne donc les pieds. Cependant, la question se pose : « De quel droit ce Moïse prétend-t-il être le chef des Hébreux ». La réponse de Dieu : « Je suis celui qui suis » décrit l’Éternel par rapport à l’espace-temps. Il est dans toute son essence ; il tient son existence de personne et il est à l’origine de toute la création.

« Va, rassemble les anciens d’Israël, et dis-leur : L’Eternel, le Dieu de vos pères, m’est apparu, … il a dit : Je vous ferai monter de l’Egypte, où vous souffrez, dans un pays où coulent le lait et le miel. Ils t’écouteront et tu iras avec eux auprès du roi d’Egypte, et vous lui direz : … Permets-nous d’aller dans le désert pour offrir des sacrifices à l’Eternel notre Dieu. Il ne vous laissera pas aller, c’est pourquoi je frapperai l’Égypte de toutes sortes de prodiges. Après cela, il vous renverra » (Exode 3.16-20).

Dans un premier temps, Dieu demande poliment au pharaon de libérer son peuple. Ce n’est que plus tard qu’il dégainera l’épée car Dieu respecte même les plus viles de ses créatures.

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires