Les études

30 mars 2022

#03 Le rêve de Nabuchodonosor (Daniel 1.18-2.13)

Ces jeunes Israélites ont des capacités surnaturelles qui leur permettent d’apprendre les arts et les sciences et d’assimiler toute la connaissance des Chaldéens. Ils savent aussi distinguer le vrai du faux, et surtout rejeter la divination, l’astrologie ou la nécromancie, strictement interdites par la loi de Moïse (Deutéronome 18.9-13).

À la fin de leur éducation, le chef du personnel introduisit les jeunes gens auprès de Nabuchodonosor qui s’entretint avec eux. De tous les jeunes gens qui lui furent présentés, il n’en trouva aucun comme Daniel, Hanania, Michaël et Azaria. C’est pourquoi ils entrèrent au service personnel du roi (Daniel 1.18-19).

Les quatre amis sont examinés sous toutes les coutures par Nabuchodonosor et, bien sûr, ils sont choisis pour conseillers personnels du roi parce que, depuis le début, l’Éternel veille sur eux.

Chaque fois que le roi les consultait sur une question exigeant à la fois de la sagesse et du discernement, il les trouvait dix fois supérieurs à tous les mages et magiciens de son royaume. Daniel demeura à la cour de Babylone jusqu’à la première année du règne du roi Cyrus (Daniel 1.20-21).

Les mages sont des scribes savants qui utilisent les livres de magie pour interpréter les événements. Les magiciens, mot qui veut dire « ceux qui soufflent » utilisent des formules incantatoires et conjuratrices pour chasser les mauvais esprits. Mages et magiciens sont de fins psychologues qui savent comment dire oui et non en même temps, et faire croire au roi que leur réponse est un trait de génie. Nabuchodonosor qui a une hypertrophie du moi accepte leur hypocrisie parce qu’elle le flatte. Mais quand dans une situation grave, il lui faut une réponse précise, il s’adresse aux Israélites plutôt qu’à ses mignons de cour.

La seconde année de son règne, Nabuchodonosor fit un rêve qui lui fit perdre le sommeil (Daniel 2.1).

Le rêve était considéré comme une révélation divine. Les 4 Israélites viennent de terminer leurs trois ans d’études qui est aussi le temps réel de règne du roi car les Chaldéens ne comptaient pas la première année.

Il convoqua les magiciens, astrologues, enchanteurs et les prêtres chaldéens et leur dit : j’ai fait un rêve qui me tourmente et je veux savoir ce qu’il signifie (Daniel 2.2-3).

En pleine nuit, Nabuchodonosor se met à aboyer. Il veut consulter sur-le-champ les sages du royaume qui arrivent au pas de course. Bien que non cités, les mages sont certainement présents car leur spécialité était de prédire l’avenir. Ces cinq classes de devins formaient le collège des sages. Le roi veut qu’ils lui révèlent ce que signifie son rêve. Daniel et ses amis ne sont pas conviés car ils viennent tout juste d’être promus.

Les mages répondirent : que le roi vive éternellement ! Raconte le rêve à tes serviteurs et nous te dirons ce qu’il signifie (Daniel 2.4).

A partir d’ici et jusqu’à la fin du chapitre 7, Daniel utilise l’araméen qui est la langue diplomatique, administrative et commerciale parce qu’il raconte l’histoire des empires qu’il voit naître et disparaître. Par contre, les pages qui parlent de l’avenir du peuple de Dieu et de son royaume sont en hébreu.

Le roi répondit : j’ai décidé que si vous ne me révélez pas le contenu du rêve et son interprétation, vous serez mis en pièces et vos maisons seront réduites en tas de décombres. Mais si vous me les révélez, je vous comblerai de cadeaux et de grands honneurs. Exposez-moi donc mon rêve et ce qu’il signifie (Daniel 2.5-6).

Les mages ont l’habitude d’inventer un sens aux rêves, mais ils ne s’attendaient pas à ce que le roi exige qu’on lui révèle d’abord le contenu du rêve. De toute évidence, Nabuchodonosor en a marre de se faire rouler dans la farine et demande donc une interprétation authentique sans fourberie.

Les mages lui dirent une seconde fois : que Sa Majesté raconte le rêve et nous lui en donnerons l’explication. Le roi rétorqua : je vois bien que vous cherchez à gagner du temps parce que vous savez que ma décision est irrévocable. Vous ne me faites pas connaître le rêve parce que vous êtes tous d’accord pour me raconter n’importe quoi et me tromper en attendant un changement de circonstance. Si vous me dites ce que j’ai rêvé, je saurai que vous êtes aussi capables de m’en donner la signification (Daniel 2.7-9).

Les mages voudraient que le roi se montre raisonnable mais lui exige qu’on lui raconte son rêve, point final.

Les mages répondirent : personne au monde n’est capable de faire connaître à Sa Majesté ce qu’elle demande excepté les dieux, mais ils n’habitent pas parmi les mortels. Aussi, jamais roi, si grand et si puissant qu’il ait été, n’a fait une telle requête d’un sage, magicien ou astrologue (Daniel 2.10-11).

Les mages sont au pied du mur mais l’accusent de ne pas être raisonnable car seul Dieu peut lui révéler son rêve. Ils avouent indirectement leur incompétence et qu’ils font des simagrées.

Alors le roi se fâcha violemment et ordonna l’exécution de tous les mages de Babylone ainsi que Daniel et ses amis (Daniel 2.12-13).

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires