Les études

05 avril 2022

#37 Chantez en l’honneur de l’Éternel

Le Psaume 105 célèbre la bonté de Dieu et sa fidélité à ses promesses. La première partie ainsi que la fin de ce Psaume se trouvent déjà dans le premier livre des Chroniques (16.8-22, 35-36) lors de l’acheminement du coffre de l’alliance à Jérusalem.

Louez l’Éternel et invoquez son nom ! Publiez ses œuvres parmi les nations ! Chantez à sa gloire ! Racontez toutes ses merveilles ! Que ceux lui sont attachés se réjouissent ! Tournez-vous vers l’Éternel ! Faites appel à lui ! Souvenez-vous de ses prodiges et de ses jugements (Psaume 105.1-5).

Le psalmiste raconte ensuite l’histoire d’Israël depuis Abraham en passant par Isaac, Jacob et ses 12 fils, leur séjour en Égypte, l’histoire de Joseph puis de Moïse, les dix plaies d’Égypte, l’exode du peuple Hébreux et ainsi jusqu’à leur installation en Palestine.

Le Psaume 106 est très long parce qu’il met en relief l’ingratitude et l’infidélité incessantes du peuple choisi envers son Dieu. J’en lis deux versets.

Comme nos pères, nous avons péché, nous avons commis le mal, nous avons été coupables. Délivre-nous, Éternel notre Dieu ! Rassemble-nous du milieu des nations ! Nous te célébrerons, toi qui es saint, et mettrons notre gloire à te louer (Psaume 106.6, 47).

À cause de leurs fautes et surtout de l’idolâtrie, les Hébreux ont subi les jugements prévus par la loi de Moïse. Le Psaume 106 se termine par une doxologie qui clôt le 4e recueil du psautier.

Loué soit l’Éternel, Dieu d’Israël, d’éternité jusqu’en éternité et que le peuple entier réponde : “ Amen. ” Louez l’Éternel ! (Psaume 106.48).

Le Psaume 107 ouvre le 5e recueil appelé « livre des fêtes » car les Juifs l’utilisent pour leurs célébrations religieuses. Les quatre premières strophes décrivent diverses détresses, le secours de l’Éternel, et se terminent par le même refrain : « Qu’ils louent l’Éternel pour sa bonté et ses miracles ». Première strophe :

Célébrez l’Éternel, car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours. Qu’ils le proclament, tous ceux que l’Éternel a délivrés, qu’il a sauvés des mains de l’oppresseur, et qu’il a rassemblés de tous les pays. Ils erraient dans le désert, souffrant de la faim et de la soif et tout près de défaillir. Dans leur détresse, ils ont crié à l’Éternel, et il les a délivrés et conduit jusqu’à une ville habitable. Qu’ils louent l’Éternel pour sa bonté et ses miracles car il les a comblés de biens (Psaume 107.1-9).

Le Psaume 107 est la réponse à la supplication de la fin du Psaume 106 : « Rassemble-nous du milieu des nations ». Parce que les Israélites ont désobéi à l’Éternel et ont pratiqué l’idolâtrie, ils ont été dispersés, mais Dieu les a ramenés dans leur pays.

D’autres vivaient dans les ténèbres, captifs dans les fers pour avoir méprisé les ordres de Dieu. Il les humilia par la souffrance et ils succombaient abandonnés. Dans leur détresse, ils ont crié à l’Éternel, et il les délivra de leurs angoisses. Il les fit sortir de l’ombre de la mort et rompit leurs liens. Qu’ils louent l’Éternel pour sa bonté et ses miracles, car il a brisé les portes et les verrous de fer (Psaume 107.10-16).

C’est ce qu’ont vécu les Israélites à Babylone au début de l’exil, mais ce tableau fait aussi penser aux Juifs déportés dans des wagons puis exterminés dans les camps de la mort.

Les insensés par leur conduite coupable s’étaient rendus malheureux. Dans leur détresse, ils ont crié à l’Éternel qui les délivra de leurs angoisses. Qu’ils louent l’Éternel pour sa bonté et ses miracles ! Qu’ils offrent des sacrifices de reconnaissance et publient ses œuvres avec des cris de joie (Psaume 107.17-22).

La pratique du péché est comme une prison qui afflige et enferme le coupable.

L’Éternel fait tarir les sources d’eau à cause de la méchanceté des habitants, mais il change aussi la terre aride en sources d’eaux. Il y établit ceux qui ont faim pour y fonder une ville habitable, ensemencer des champs, planter des vignes qui porteront des fruits. Dieu les bénit et ils se multiplient, et leur bétail aussi. Dieu relève l’indigent et délivre de la misère. Les hommes droits le voient et se réjouissent. Quiconque est sage y prête attention et reconnaît les bontés de l’Éternel (Psaume 107.33-43).

Les Israélites ont fondé des villes à Babylone puis reconstruit Jérusalem et leur pays.

Le Psaume 108 célèbre l’Éternel et l’appelle au secours. Il reprend en partie les Psaumes 57 (8-12), et 60 (7-14).  Il a été composé alors que David est seulement roi de Juda et en guerre avec les autres tribus. Les premiers colons de retour en terre d’Israël ont entonné ce cantique.

Mon cœur est affermi, ô Dieu, et ma gloire c’est de te célébrer en musique ! Réveillez-vous, luth et harpe ! Je veux éveiller l’aurore. Je veux te louer, Éternel, au milieu des peuples car ta bonté s’élève au-dessus des cieux et ta fidélité jusqu’aux nues. Tire-nous de la détresse car le secours de l’homme est trompeur. Mais avec Dieu nous ferons des exploits (Psaume 108.1-13).

févr. 03 2023

Émission du jour | Jean 2.1 – 2.25

Premier miracle de Jésus en Galilée

Nos partenaires